Collection

Plongée au cœur des manuscrits

Par Sophie Flouquet · Le Journal des Arts

Le 3 novembre 2006 - 517 mots

Ouvert depuis le mois d’août, le nouveau Scriptorial d’Avranches offre enfin au public la possibilité de découvrir le prestigieux ensemble d’ouvrages anciens du Mont-Saint-Michel.

AVRANCHES - Depuis la Révolution française, la petite commune d’Avranches conserve un fabuleux trésor : les collections de manuscrits et de livres anciens de l’abbaye du Mont-Saint-Michel, soit plus de quatorze mille volumes. Au XIe siècle, le scriptorium du Mont fut en effet l’un des plus brillants foyers de production d’enluminure romane, avant de céder le pas devant les ateliers laïcs, qui continuèrent à alimenter le fonds de la bibliothèque de l’abbaye, y compris en livres imprimés. Réunis au sein de la bibliothèque municipale, hébergée à l’Hôtel de Ville, les plus précieux de ces ouvrages faisaient, depuis 1924, l’objet d’une présentation temporaire estivale. C’était sans compter sur le potentiel touristique d’une telle collection, dans une ville située à une vingtaine de kilomètres du Mont-Saint-Michel et de ses millions de visiteurs annuels. En 1991, la municipalité d’Avranches se résignait donc à investir dans la création d’un lieu permanent dévolu à la présentation de ces livres insignes.
Après un débat vigoureux sur le choix de son implantation – décidé finalement en plein centre ville à l’emplacement d’une friche –, un concours a permis de désigner en 2003 les architectes Daniel Cléris et Jean-Michel Daubourg. Ces derniers ont glissé un austère bâtiment de béton brut à l’intérieur des anciens remparts. Le coût de l’opération s’est élevé à 5 millions d’euros (hors taxes), financés grâce à des subventions de l’État (7,5 %), de la Région Basse-Normandie (17 %), du Département de la Manche (15,5 %) et de l’Union européenne (40 %).
Baptisé « Scriptorial », ce nouveau pôle culturel municipal a d’abord été conçu comme un vaste outil pédagogique privilégiant l’interactivité, et destiné à instruire tous types de visiteurs sur l’histoire locale, la constitution des collections de la bibliothèque mais aussi – et il s’agit là de la partie la plus passionnante – sur l’histoire matérielle des manuscrits. Peaux, encres, pigments, techniques de calligraphie et d’enluminure permettent ainsi de se familiariser avec la fabrication de ces objets de luxe qu’étaient les manuscrits. Une légère déclivité guide le visiteur dans un cheminement ascendant qui traverse des salles mêlant objets d’art, documents graphiques, fac-similés, films et bornes interactives, pour aboutir au saint des saints : le « trésor ». Dans cette salle en rotonde noyée dans la pénombre, le Scriptorial propose, en alternance, l’exposition de quinze de ses deux cent trois manuscrits précieux – bibles, ouvrages patristiques, livres juridiques ou scientifiques – illustrant la diversité de la collection. L’éclairage par fibres optiques permet ainsi de présenter ces documents pendant une période de trois mois consécutifs, dans des conditions de conservation adéquates. L’amateur pourra ensuite s’appesantir plus longuement sur le « Corpus d’images ». Cet outil, auquel les chercheurs ne resteront pas indifférents, permet en effet de naviguer au travers de quelque sept cents images numérisées. Un effet de loupe permet même d’en découvrir les moindres détails, rarement visibles à l’œil nu.

Scriptorial d’Avranches, Musée des manuscrits du Mont-Saint-Michel, place d’Estouteville, Avranches, tél. 02 33 70 57 00, www. ville-avranches.fr.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°246 du 3 novembre 2006, avec le titre suivant : Plongée au cœur des manuscrits

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque