Dimanche 8 décembre 2019

Marseille, un MAC en mal de budget

Le Journal des Arts

Le 31 octobre 2011 - 842 mots

Victime de la baisse continue de ses budgets, le Musée d’art contemporain de Marseille, le MAC, est sur le déclin depuis quelques années. Et Marseille-Provence 2013 ne pourra rien y changer, puisque l’institution a été écartée de l’ambitieux programme muséal élaboré pour cette occasion.

MARSEILLE - En 1996, le MAC (Musée d’art contemporain) est le musée le plus visité de Marseille (Bouches-du-Rhône). Avec l’exposition « L’art au corps », il défie Paris et la proposition sur le même thème du Centre Pompidou : « Féminin-masculin, le sexe de l’art ». Le quotidien Le Monde compte les points et juge la proposition marseillaise supérieure. Le MAC plus fort que Beaubourg ? Aujourd’hui, l’assertion prêterait à sourire… Thierry Ollat, lui, ne rit pas. « Le MAC n’est plus l’étendard qu’il était il y a encore cinq ans », reconnaît, lucide, son directeur. Depuis son arrivée en 2006, Ollat n’a pu que constater, impuissant, l’inexorable décrue budgétaire dont est victime le MAC. Il était prévenu. Depuis 2005, les moyens sont concentrés sur l’organisation de grandes expositions au Centre de la Vieille Charité mettant à l’honneur la peinture du XIXe, supposée plus populaire auprès des touristes. Cette politique dite des « grands événements » réduit les possibilités des autres musées. Le budget exposition du MAC est ainsi passé de 400 000 euros en 2006 à… 25 000 euros en 2011. « On ne peut pas descendre plus bas », lâche le directeur.

Prisonnier d’une politique culturelle le condamnant à devoir faire fonctionner une institution « d’envergure nationale et internationale » avec le budget d’une association, Thierry Ollat assume. « La Ville a fait des choix, moi, je fais le job », réplique-t-il. Quand on évoque un musée « en sommeil », le directeur du MAC défend son bilan : « Nous avons quand même 30 000 visiteurs annuels, une fréquentation normale pour un musée de ce type. Et l’exposition consacrée à Zineb Sedira, en 2010, a bénéficié d’un gros succès d’estime. » Surtout, Ollat souligne que la collection permanente est aujourd’hui visible toute l’année (avant 2008, le MAC n’ouvrait ses portes que lors des expositions temporaires), ce qui attire « un public quotidien », au point que le musée doit refuser 30 % des demandes de visites de groupe : « Pour faire face à cette affluence, nous devons augmenter notre capacité d’accueil. » En clair, le musée n’a pas les moyens de payer des heures supplémentaires à ses vacataires…

Vaches maigres
Il faut malgré tout continuer à proposer deux nouvelles expositions par an. Le pragmatique Thierry Ollat a mis au point une formule efficace : « Un projet prioritaire sur lequel nous mettons toutes nos forces, et un projet intermédiaire pour lequel nous faisons appel à des partenaires privés suffisamment puissants. » Pour retrouver les moyens de ses ambitions, le MAC aurait besoin d’un budget annuel de 350 000 euros pour les expositions, « ce qui pourrait drainer 100 000 euros de financements extérieurs, précise Ollat, désormais rompu aux partenariats avec le privé. On ne fait pas tout ça pour rien. Après cette période de vaches maigres, nous changerons de rythme à partir de 2013. On m’a fait des promesses en ce sens. »

Même si le MAC retrouve un jour un budget décent, l’accueil de grandes expositions nécessiterait le réaménagement complet d’un bâtiment aujourd’hui peu adapté à la création contemporaine. Il a toutefois été mis à l’écart de l’ambitieux programme de rénovation muséale entrepris par la municipalité dans la perspective de 2013. Daniel Hermann, l’adjoint au maire en charge de l’action culturelle et des musées, s’en explique : « Lorsque j’ai pris mes fonctions, j’ai demandé à Bernard Latarjet, alors directeur général de “Marseille-Provence 2013”, quels étaient les lieux essentiels à ses yeux. Après m’avoir parlé du Mucem [Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée], du “J1” [projet d’urbanisme et de développement économique et culturel], et du palais Longchamp, il a cité la Friche La Belle de Mai, considérant que cette dernière pourrait être un site moteur pour l’art contemporain en 2013. »

La Ville a donc décidé d’investir 9 millions d’euros (sur un budget global de 23 millions) pour l’édification du Panorama, un nouveau lieu d’exposition de 5 000 m2 exclusivement dédié à l’art contemporain, à la Friche La Belle de Mai. C’est là (et dans le nouveau Fonds régional d’art contemporain) qu’auront lieu les grandes expositions d’art contemporain en 2013. « J’ai pensé qu’il était logique de déménager le MAC à la Friche pour créer un vrai pôle consacré à l’art contemporain », poursuit l’adjoint au maire qui estime (et il n’est pas le seul) que le musée situé dans les quartiers sud est trop excentré du centre-ville et des grands axes culturels de la cité phocéenne. Le projet de Daniel Hermann n’a pas été suivi. L’élu assure toutefois que le MAC sera la priorité… de la prochaine mandature : « Ce musée n’est pas digne de la deuxième ville de France... Mais là, nous n’avons plus les moyens. » Si l’on doit se projeter après 2014, il est évident que le MAC sera dans le programme. Mais là…

Légende photo

Le MAC, Musée d'art contemporain de Marseille. Photo D. R.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°356 du 4 novembre 2011, avec le titre suivant : Marseille, un MAC en mal de budget

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque