Mercredi 14 novembre 2018

Musée

RECHERCHE

L’INHA est aussi un musée

Par Elise Kerner-Michaud · Le Journal des Arts

Le 31 octobre 2018 - 624 mots

PARIS

L’Institut national de l’histoire de l’art, haut lieu de recherche et bibliothèque, abrite des collections variées et enrichies par de nouvelles acquisitions.

Mary Cassatt, Jeune mère dans un parc devant un bassin
Mary Cassatt, Jeune mère dans un parc devant un bassin, vers 1896-1898, eau-forte, pointe sèche et aquatinte en couleurs, bibliothèque de l’Inha
© Photo Inha

Paris. Il faut remonter aux origines de l’Institut national de l’histoire de l’art (Inha) pour comprendre l’importance de ses collections et le rôle que l’Inha entend aujourd’hui lui conférer. Le projet naît sous l’impulsion de l’historien de l’art André Chastel, qui a longtemps fréquenté les membres de l’Institut Warburg de Londres. En 1983 il signale au gouvernement français l’absence problématique d’un lieu consacré à la discipline en France. L’idée mûrit, longuement, jusqu’à la création en 2001, de l’Inha composé de deux départements : l’un consacré à la recherche et l’autre à la bibliothèque et à la documentation. C’est ce dernier qui fait remonter le temps, jusqu’au début du XXe siècle. Entre 1906 et 1914, Jacques Doucet, célèbre couturier parisien et grand amateur d’art, crée parallèlement à ses collections d’œuvres, une véritable bibliothèque d’art et d’archéologie. Il en fait don à l’université de Paris en 1919, et ce fonds constitue les prémices de la bibliothèque de l’Inha.

Des trésors à l’origine du fonds historique

Parmi cet ensemble, se trouvent de nombreux documents manuscrits et imprimés dont certains datent du XVIe siècle. Mais de façon plus inattendue, plus de 30 000 dessins et estampes, ainsi que de nombreuses affiches y sont regroupés et forment ainsi le cœur des collections de l’Inha. Des œuvres de Goya, Manet, Degas, Matisse ou encore de l’Américaine Mary Cassatt, y sont précieusement conservées. La collection est d’autant plus importante que le fonds Doucet a été enrichi au fil du siècle. Plus de 750 000 photographies, dont des tirages d’Eugène Atget ou des frères Neurdein, le complètent par exemple. Parallèlement, les archives documentaires continuent, elles aussi, à se développer avec des fonds d’artistes ou d’historien d’art, dont ceux, depuis 2015, des Archives de la critique d’art consacrées à la période contemporaine.

Aussi l’histoire et l’identité des collections conduisent-elles l’actuel directeur de l’Inha, Éric de Chassey, à favoriser les nouvelles acquisitions. Il s’agit d’une « politique active et raisonnée, qui passe de la réception des fonds et documents à la recherche d’éléments intéressants, en identifiant les ressources qui nous paraissent importantes pour l’histoire de l’art », explique-t-il. Cette démarche poursuit « l’esprit dans lequel les collections ont été assemblées par Jacques Doucet avec une idée d’exhaustivité du champ ». L’acceptation du don Ellsworth Kelly en juin dernier va dans ce sens, en prolongeant chronologiquement la collection d’estampes. Pour compléter les fonds historiques, l’Inha vient d’acheter un ensemble de 355 pièces liées au sculpteur Antoine-Louis Barye. De nombreuses lettres manuscrites, documents de vente, mais également photographies, dont certaines annotées, permettent de dresser un portrait renouvelé de la carrière et de la vie du sculpteur et peintre, familier des cercles artistiques variés où il fréquente Corot, Dumas, Viollet-le-Duc.

Si ces collections sont utiles pour les missions de recherche de l’Inha, leur valorisation auprès du public est devenue tout aussi importante. Éric de Chassey souligne que les activités de l’Institut ne doivent « pas seulement s’adresser à une communauté de chercheurs, les riches ensembles, même spécialisés, [étant] aussi pour le public ». Il entend ainsi développer les expositions hors les murs, conçues par l’Inha, sur le modèle de celle consacrée aux estampes Kelly et qui se tient à la Collection Lambert en Avignon jusqu’au 4 novembre. Cette diffusion auprès du public passe également par les nombreux prêts que l’Institut accorde à d’autres établissements. Au printemps dernier, une salle de l’exposition Mary Cassat au Musée Jacquemart-André permettait de découvrir d’extraordinaires estampes à l’aquatinte conservées par l’Inha. L’exposition que le Louvre a consacrée à Delacroix plongeait les spectateurs dans les coulisses de la création, notamment grâce aux carnets de dessins et de notes de l’artiste, provenant eux aussi des collections de l’Inha.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°510 du 2 novembre 2018, avec le titre suivant : L’INHA est aussi un musée

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque