Château - Italie - Patrimoine

PATRIMOINE ITALIEN

Le palais de Caserte fait sa révolution

Par Olivier Tosseri, correspondant à Rome · Le Journal des Arts

Le 19 novembre 2021 - 803 mots

CASERTE / ITALIE

La plus grande résidence royale du monde bénéficie d’un vaste chantier de restauration dans le cadre d’une programmation d’ensemble. À sa tête, une directrice nouvellement nommée et très engagée.

Palais de Caserte, perspective depuis la fontaine de Vénus et d'Adonis. © Carlo Pelagalli, CC BY-SA 3.0
Le Palais de Caserte, perspective depuis la fontaine de Vénus et d'Adonis.

Caserte, Italie. On le surnomme « le Versailles italien ». La Reggia di Caserta, près de Naples, a été construite au milieu du XVIIIe siècle pour rivaliser avec les palais des rois de France et d’Espagne. Charles III, un Bourbon, était également assis à l’époque sur le trône du Royaume des Deux-Siciles. Il confie à l’architecte Luigi Vanvitelli le projet de bâtir ce qui deviendra la plus grande résidence royale au monde à l’issue d’un chantier qui débute en 1752 pour s’achever en 1845. Les chiffres sont impressionnants : un volume de plus de 2 millions de mètres cubes, une surface de plus de 61 000 mètres carrés pour un palais de 1 200 pièces dotées de 1 742 fenêtres, 74 000 mètres carrés de façades, 34 escaliers, mais aussi un parc d’une superficie de 120 hectares qui s’étend sur une longueur de 3 kilomètres. Outre le jardin à l’italienne et celui à l’anglaise agrémentés tous deux de fontaines et ornés de statues mythologiques, on trouve un bassin à poissons et un lac de cygnes qui ont nécessité pour leur approvisionnement en eau un aqueduc parcourant la campagne sur de nombreux kilomètres.

Une priorité du ministère

C’est en 1997 seulement que cet ensemble architectural baroque exceptionnel est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’humanité. Sa préservation mais surtout sa restauration devenaient impératives avec la multiplication des éboulements divers et variés. Longtemps laissé à l’abandon et mal géré, le palais de Caserte est devenu l’une des priorités du ministère pour les Biens et les Activités culturels (Mibac) avec la nomination à sa tête d’éminents directeurs : Mauro Felicori de 2015 à 2018, qui a doublé le nombre annuels de visiteurs à près de 900 000 à l’issue de son mandat, mais surtout Tiziana Maffei, arrivée le 1er juillet 2019. L’année 2020, malgré la pandémie, a entériné la renaissance du palais de Caserte, qui sera prochainement consacré dans son intégralité à des fonctions culturelles et éducatives, après le départ de l’école de l’Armée de l’air italienne qui y résidait. Mais ce sont surtout de vastes chantiers de restauration qui ont été annoncés, après ceux qui ont déjà permis de redonner leur éclat à la façade avant et à deux des quatre cours intérieures du palais. Suivront bientôt les sols, les appartements du XIXe siècle, les toitures, le bassin aux poissons ainsi que les serres, tandis que le chantier de l’escalier monumental est en voie d’achèvement.
 

Tiziana Maffei © D.R.
Tiziana Maffei.
© D.R.

« Ce ne sont ni les projets ni l’argent qui manquent mais le personnel », explique Tiziana Maffei, qui gére 80 millions d’euros de financement, essentiellement issus des fonds structurels européens, 80 millions dont 25 entrent dans le cadre du plan de relance italien à la suite de la pandémie. « On nous compare à Versailles mais 900 personnes environ y travaillent contre 145 ici, avec quinze départs prochainement tandis que nos effectifs prévoient 221 salariés. Nous n’avons qu’un seul jardinier qui part bientôt à la retraite tandis que Versailles en a 70. » Une disparité de moyens humains qui n’entame ni l’énergie ni la volonté mises en œuvre par la directrice. Grâce à la réforme des musées publics italiens menée par le ministre Dario Franceschini en 2014, elle jouit d’une véritable autonomie, lui permettant de programmer ses dépenses dans le souci d’une programmation efficace au service d’une vision de l’ensemble du château et de son parc.

« Nous devons dépenser les ressources dont nous disposons dans les six prochaines années et pour des chantiers dont la plupart seront terminés dans cinq ans, précise Tiziana Maffei. Mais ces fonds doivent être mis en œuvre en toute transparence, et l’avancée des travaux doit être soumise à des contrôles rigoureux. » Là encore, les figures professionnelles spécialisées manquent, avec seulement trois architectes mais aucun agronome, botaniste ou ingénieur hydraulique. Il n’y a pas non plus de spécialiste en droit administratif en mesure d’élaborer rapidement les appels d’offres qui puissent répondre aux critères européens sans se perdre dans les méandres de la bureaucratie italienne. « La collaboration étroite avec le privé est indispensable également pour les travaux d’entretien, mais toujours au service du bien public, insiste la directrice du palais de Caserte. Je ne m’occupe pas simplement d’un bâtiment historique, je pense à ses liens avec son écosystème. À la différence de Versailles qui est l’expression du pouvoir absolutiste, ce palais est le fruit d’une vision des Lumières sensible au développement du territoire. C’est toujours d’actualité. Ce n’est pas juste une attraction touristique. Projeter signifie mettre en œuvre une vision interdisciplinaire qui manque souvent en Italie. » Avec Tiziana Maffei, le palais de Caserte, longtemps synonyme de négligences vis-à-vis d’un joyau muséal, fait figure de symbole vertueux d’une nouvelle politique patrimoniale.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°577 du 12 novembre 2021, avec le titre suivant : Le palais de Caserte fait sa révolution

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque