Musée

Le musée hongrois des sciences naturelles devra quitter Budapest 

Par Jinane Dolbec · lejournaldesarts.fr

Le 26 février 2020 - 393 mots

BUDAPEST / HONGRIE

La décision du gouvernement de déménager les collections du musée dans la petite ville de Debrecen ne fait pas l’unanimité. 

Le Musée hongrois des sciences naturelles. © Photo Misibacsi, CC BY-SA 3.0.
Le Musée hongrois des sciences naturelles.
Photo Misibacsi

Le gouvernement veut transférer la collection du musée hongrois des sciences naturelles, qui contient plus de 10 millions d’objets, dans la petite ville de Debrecen à l’est du pays. La collection devra quitter le bâtiment historique du XIXe siècle qui l’abrite, l’Académie Ludovika à Budapest, pour accueillir l’Université nationale de l’administration publique

Mais selon les chercheurs, ce déplacement risquerait d’endommager les spécimens, de perturber des projets de recherche en cours et de rendre les futurs projets difficiles, le nouvel emplacement étant très éloigné, rapporte la revue scientifique Nature. Parmi ses objets les plus précieux figurent des spécimens provenant de Mongolie, d’Asie du Sud-Est et des Balkans.

Cette décision s’inscrit dans le cadre d’une initiative plus vaste, lancée il y a dix ans par le gouvernement du premier ministre hongrois Viktor Orbán, qui consiste à décentraliser une partie des équipements culturels et scientifiques du pays afin de développer les régions.

Plusieurs communautés scientifiques ont apporté leur soutien au musée, notamment l’European Consortium of Taxonomic Facilities, un réseau de musées d’histoire naturelle et de jardins botaniques, ou encore la Hungarian Academy of Sciences (HAS). « Le gouvernement ne consulte pas la communauté scientifique sur la meilleure façon de gérer le déménagement du musée, ni ne rend ses décisions et ses processus décisionnels publics », a déclaré János Podani, directeur de l’université Loránd Eötvös à Budapest et membre HAS.

Les origines du musée hongrois des sciences naturelles remontent en 1802, quand Julianna Festetics, l’épouse du compte Ferenc Schéchény, fit don de sa collection de minéraux, à laquelle vint s’ajouter le don de la collection paléontologique de l’archiduc Rainer en 1811, l’achat d’une collection zoologique la même année et le don de l’herbier de Pál Kitaibel en 1818. 

Ces collections sont néanmoins restées attachées au musée national hongrois jusqu’aux années 1990. L’espace devenant trop exigu, le gouvernement hongrois décida de déplacer les collections dans l’Académie Ludovika, construite au XIXe siècle sous le nom d’Académie militaire royale hongroise. Les collections sont aujourd’hui réparties en six départements : zoologie, anthropologie, botanique, minéralogie et paléontologie

Le musée avait fait parler de lui en 2015 en exposant une statue de Bouddha contenant les restes momifiés d’un moine chinois que des villageois chinois voulaient récupérer. La sculpture avait finalement été renvoyée dans son musée aux Pays-Bas

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque