Mercredi 18 septembre 2019

Restitutions

L’Allemagne restitue de plus en plus de restes humains

Par Sindbad Hammache · lejournaldesarts.fr

Le 2 mai 2019 - 382 mots

BERLIN / ALLEMAGNE

Plus de deux cents dépouilles conservées dans les musées allemands ont été remises récemment aux communautés Maori et Aborigène.

 Le Musée des Cinq Continents à Munich © Photo Rallyekonti
Le Musée des Cinq Continents à Munich

L’Allemagne fait preuve de volontarisme sur la question des restitutions. Un document cadre publié en mars 2019 par les ministères de la Culture et des Affaires étrangères allemand en a fixé le cap, en programmant un inventaire des pièces issues de la colonisation, et en priorité des restes humains. En avril, plus de 200 dépouilles d’indigènes ont pu faire le chemin retour vers leur terre d’origine.

Ce travail sur les restes humains est particulièrement important en Allemagne, où de nombreuses institutions conservent des ossements dans leurs réserves, issus de la colonisation. A l’époque, des restes humains venant d’Afrique ou d’Océanie étaient collectés pour prouver la supposée supériorité de la race blanche. 

De nombreuses dépouilles d’Aborigènes sont ainsi conservées au Musée des Cinq Continents de Munich. Le 9 avril dernier, les restes d’un roi aborigène étaient remis à ses descendants lors d’une cérémonie, en présence de l’ambassadeur d’Australie en Allemagne. Cette cérémonie était la première d’une importante série, que Cambera qualifie de « restitutions record ».

Le Land de Saxe a ainsi remis 42 dépouilles d’ancêtres conservés par l’Université Martin Luther et dans les collections de l’Etat. Le Linden Museum de Stuttgart a également remis huit dépouilles aux officiels australiens. 

« Ces ancêtres vont retourner en Australie, sous la responsabilité du gouvernement australien, afin qu’ils puissent être gardés près de leur foyer pendant qu’un travail d’identification par leur communauté d’origine est entrepris », a expliqué Mike Fifield, ministre de la Culture australien.

A Berlin, le Charité Museum (musée d’histoire de la médecine) a donné satisfaction à une requête de restitution formulé en 2010 par le Musée de Nouvelle-Zélande Te Papa Tongarewa en remettant une centaine de dépouilles issus des peuples Maori et Moriori. Le musée néo-zélandais a mis en place un programme de retour en 2003 en faisant revenir des centaines de restes Maoris venus de différentes institutions.

Le Charité Museum est de son côté l’un des pionniers en la matière, avec un premier accord de retour signé avec l’Australie en 2008. Le musée restitue également régulièrement des crânes collectés en Namibie lors des massacres du peuple Héréro par l’armée coloniale allemande (1904-1907) : en 2011 et en 2014, une vingtaine de crânes avaient été remis aux autorités namibiennes.

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque