Vendredi 30 octobre 2020

Musée

L’Accademia Carrara de Bergame rouvre après sept ans de travaux

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 28 avril 2015 - 483 mots

BERGAME (ITALIE) [28.04.15] – L’Accademia Carrara, fermée au public en 2008 pour des travaux de restauration, a rouvert jeudi 23 avril. Une présentation renouvelée permet d’exposer 600 œuvres dont plusieurs ont été restaurées.

Le 23 avril a rouvert la pinacothèque de l’Accademia Carrara à Bergame, entièrement réaménagée et enrichie après sept années de travaux. Durant cette période de fermeture, les chefs-d’œuvre du musée ont voyagé partout dans le monde (Europe, Etats-Unis, Australie et Russie), attirant au total plus d’un million de visiteurs, signale Il Giornale dell’Arte.

L’Accademia Carrara est le seul musée italien composé presque exclusivement de legs d’importants collectionneurs privés. Elle a été fondée en 1794 par le noble Giacomo Carrara (1714-1796), avec pour objectif de réunir dans un même endroit sa collection d’œuvres et une école d’art destinée aux jeunes artistes de la région. Elle s’installe en 1810 dans un bâtiment néoclassique conçu par l’architecte Simone Elia. Le noyau d'origine, particulièrement riche en chefs-d'œuvre de la Renaissance, a été renforcé par de nombreux dons de collectionneurs privés, dont ceux de Guglielmo Lochis (1789-1859), Giovanni Morelli (1816-1891) et, plus récemment, de Federico Zeri (1921-1998), qui ont contribué à faire de ce musée une véritable « demeure du collectionnisme », à l’image du Poldi Pezzoli à Milan. L’Accademia Carrara compte actuellement près de 1 800 peintures, 130 sculptures, plus de 2 800 dessins anciens, et 180 objets mobiliers et décoratifs.

Les travaux, dont les coûts ont été financés par la ville de Bergame (près de 11 millions d'euros) et la Fondazione Credito Bergamasco (1,25 million d'euros), ont non seulement concerné la réhabilitation du palais, mais également une vaste campagne de restauration de quelques 130 œuvres parmi les plus importantes de la collection : le Portrait de jeune homme de Giovanni Bellini, la Vierge à l'Enfant d’Andrea Mantegna, le Saint Sébastien de Raphaël, et d’autres peintures célèbres de Pisanello, Antonio Vivarini, Carlo Crivelli, Giovanni Battista Moroni, Cima da Conegliano , Pinturicchio, Altobello Melone, Giovan Battista Tiepolo, entre autres. L'Opificio delle Pietre Dure à Florence, le laboratoire de restauration de la Pinacoteca di Brera et d'autres grands laboratoires, ont pris en charge ces restaurations, sous la supervision de la surintendante Amalia Pacia.

La nouvelle scénographie, conçue par les responsables du musée, Cristina Rodeschini et Giovanni Valagussa, aidés d’une équipe de commissaires, a permis d’augmenter de 30 % le nombre d’œuvres exposées, soit plus de 600. Le choix a été fait d’un accrochage serré cadre-à-cadre sur plusieurs rangées, restituant l’accrochage original de la galerie. Des cadres du XIXe siècle, découverts dans les greniers de l’institution, ont également été restaurés et remontés sur les tableaux correspondants, rendant la nouvelle présentation plus harmonieuse. Les œuvres, couvrant désormais cinq siècles, du XVe au XIXe siècle, sont réparties dans 28 pièces sur deux étages, selon une disposition chronologique et par écoles régionales. La restauration a permis de revoir également les espaces d'accueil pour le public, occupant dorénavant tout le rez-de-chaussée.

Légendes photos

Vue de la façade de l'Accademia Carrara à Bergame en Italie © Photo Paolo da Reggio - 2006 - Sous Licence Domaine public via Wikimedia Commons

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque