Dimanche 5 décembre 2021

Unesco

La France renonce à l’inscription « en urgence » de la grotte Chauvet au Patrimoine mondial pour 2012

Par Chloé Da Fonseca · lejournaldesarts.fr

Le 22 juin 2012 - 474 mots

PARIS [22.06.12] – Alors qu’en avril 2012, la France avait demandé l’inscription « en urgence » de la grotte Chauvet, le Comité de l’Unesco, sur les conseils de l’Icomos, « décide de ne pas inscrire [le site] sur la liste du Patrimoine mondial sur la base d’un traitement en urgence ». La France présentera un autre dossier en procédure normale en 2013.

En avril 2012, la France avait insisté sur l' « urgence » de l’inscription au Patrimoine mondial de la grotte Chauvet à cause des « concentrations particulièrement fortes et dangereuses de CO2 et de radon dans la grotte » qui nécessitaient de « mobiliser la communauté scientifique internationale pour développer de nouvelles techniques de conservation » rappelle l’AFP. Mais le Comité du Patrimoine mondial de l’Unesco, se basant sur les conclusions de l’Icomos (Conseil international des monuments et des sites) (voir le rapport pages 13-18, les premières pages traitant de l’inscription de Bethléem), estime qu’il n’y a « aucun dommage ou danger sérieux et précis menaçant la grotte Chauvet ».

La « menace imminente » invoquée par la France n’est pas constatée par l’Icomos. « Du point de vue de l’Icomos, les conditions climatiques et biologiques de la grotte Chauvet sont restées pratiquement inchangées depuis 20 000 ans, y compris les concentrations de CO2 et de radon » qui « semblent avoir facilité la préservation des vestiges archéologiques et paléontologiques » précise le compte-rendu. Après avoir été découverte scellée en 1994, la grotte Chauvet est demeurée inaccessible au grand public, les fortes concentrations de CO2 et de radon étant trop dangereuses pour l’homme à long terme. Selon l’Icomos, la limitation de l’accès de la grotte à quelques rares scientifiques (au maximum 60h par personne et par an, rappelle le rapport) pourrait constituer une « protection supplémentaire » pour la conservation de la grotte.

Daniel Rondeau, ambassadeur français auprès de l’Unesco, a indiqué à l’AFP que la France renonçait donc à l’inscription « en urgence » de la grotte Chauvet pour l’année 2012. Il précise qu’en 2013, un dossier sera présenté en passant par la procédure normale, suivant les recommandations de l’Icomos. Car l’organisation internationale reconnaît toutefois que « la grotte Chauvet présente une qualité de manifestations culturelles des populations de l’Aurignacien bien plus riches que tout autre site pris en considération » pour son analyse comparative, et que ses peintures « offrent un aperçu exceptionnel des traditions culturelles de l’époque ». Sa « valeur universelle exceptionnelle » permet donc « d’envisager l’inscription » du site préhistorique sur la liste du Patrimoine mondial.

Du 24 juin au 6 juillet 2012, 33 nouveaux sites seront présentés au Comité du Patrimoine mondial. Parmi eux, la France ne soumettra donc que le dossier du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais; « c’est un projet d’histoire et de mémoire qui est porté par toute une population » a déclaré Daniel Rondeau à l’AFP.

Légende photo

Rhinocéros à grande corne dessinés sur un mur de la grotte Chauvet - Ardèche - © Photo Inocybe - 2006

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque