Dimanche 15 septembre 2019

Jusepe de Ribera - Saint Jude Thaddée

Par Bertrand Dumas · L'ŒIL

Le 27 janvier 2014 - 384 mots

Il manquait au Musée des beaux-arts de Rennes un chef-d’œuvre de la peinture espagnole du Siècle d’or. L’entrée de ce tableau comble cette lacune en même temps qu’elle rehausse l’ensemble caravagesque de la collection groupée.

300 000 €
L’opération « Rennes Mécènes !» est parvenue à rassembler les 50 000 € nécessaires au nouveau fonds de dotation du musée sollicité pour l’acquisition du tableau auprès de la Galerie Antoine Tarantino, à Paris. L’œuvre inédite, d’une valeur de 300 000 €, était l’une des pièces maîtresses de l’exposition « Rome, de Barocci à Fragonard », close en juin 2013.

Apostolado

Le tableau fait partie d’un collège apostolique de douze tableaux (apostolado), représentations à mi-corps des douze apôtres. Six ont été localisés à ce jour dont le Saint Jean acquis en 2012 par le Louvre. Une exposition devrait bientôt les réunir à Rennes, fin 2014-début 2015.

Ribera
Jusepe de Ribera, originaire de la province de Valence en Espagne, gagne Rome à l’âge de 15 ans, manquant de peu Caravage parti en 1606. Ce dernier laisse en héritage ses peintures ténébristes qui marquèrent au fer rouge la relève des peintres italiens et étrangers, au premier rang desquels Ribera. En 1616, l’Espagnol s’installe à Naples où il développe son style personnel fait d’un naturalisme puissant qui séduit la riche clientèle espagnole ayant alors la mainmise sur la ville. Par son intermédiaire, les peintures de Ribera arrivent en Espagne et, avec elles, la manière noire de Caravage. Peintre religieux avant tout, Ribera popularise des deux côtés de la Méditerranée ses scènes de martyrs qui se distinguent par leur réalisme et leur cruauté.

1607-1608
Le tableau appartient au corpus d’œuvres de jeunesse de Ribera encore récemment confondues avec celles du Maître du Jugement de Salomon. Le Saint Jude, rendu aux premières années romaines de Ribera, s’impose dès lors comme une œuvre pionnière du caravagisme.

Thaddée
Sans le phylactère, il aurait été délicat de reconnaître en ce vieillard barbu l’apôtre Jude, surnommé Thaddée. L’attribut dans son dos – une pièce de bois – n’aurait pas suffi à distinguer des douze apôtres le frère de Jacques le Mineur dont l’attribut conventionnel est la massue, arme de son martyr. Thaddée, prédicateur de la parole du Christ en Mésopotamie, fut battu à mort en 70 pour avoir refusé de se prosterner devant une statue de Diane.

Légende photo

José ou Jusepe de Ribera, dit lo Spagnoletto (1591 à Xàtiva - 1652 à Naples) - Saint Jude Thaddée (1609-1610) - Huile sur toile - 111,2 x 88,6 cm

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°665 du 1 février 2014, avec le titre suivant : Jusepe de Ribera - Saint Jude Thaddée

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque