C'est dans un an ou presque

Hommage à l’île de Pâques

Le Journal des Arts

Le 9 septembre 2005 - 179 mots

Prélevée et acheminée en France en 1872, la Tête de Moaï de l’île de Pâques a quitté le Musée de l’Homme fin 2004, où elle était exposée depuis les années 1930, pour rejoindre les ateliers du Quai Branly. Au programme : une restauration intense pendant trois semaines, comprenant un nettoyage par micro-sablage et une consolidation de certaines surfaces (sourcils, joues…). Depuis cet été, elle a pris place dans la vitrine-jardin du futur musée. En raison de sa hauteur de 1,85 mètres et de son poids de plus de 2 tonnes, son installation a nécessité l’intervention d’une grue. Elle a été placée sur un fût métallique de 3,5 mètres, lui restituant sa hauteur d’origine. La tête a été minutieusement positionnée de manière que le regard fixe le ciel au-dessus de l’horizon, comme c’est le cas à l’île de Pâques, où la statue d’ancêtre protège les vivants en invoquant les cieux. Cette Tête est l’un des dix Moai ayant quitté le sol de l’île. Deux sont conservés en France, le second se trouvant au pavillon des Sessions du Musée du Louvre.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°220 du 9 septembre 2005, avec le titre suivant : Hommage à l’île de Pâques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque