Dublin déploie son aile

La Galerie nationale d’Irlande inaugure ses nouveaux espaces

Le Journal des Arts

Le 8 mars 2002

En faisant une incursion osée dans un bâtiment classique, les nouveaux espaces de la National Gallery à Dublin ont inauguré le millénaire avec faste. Réalisée par Benson & Forsyth, architectes à Londres, la Millennium Wing, avec ses espaces lumineux et épurés, introduit au musée des références monacales.

Dublin - Décrite dans les années 1920 par son directeur comme “une adorable retraite discrète... pour les amoureux”, la National Gallery de Dublin a inauguré une extension ambitieuse qui augmente sa surface de 4 000 m2. La nouvelle Millennium Wing (aile du Millénaire) conçue par les architectes londoniens Benson & Forsyth, qui avaient signé le design complexe du Museum of Scotland, fait écho à l’architecture seigneuriale écossaise, en contraste avec le style géorgien irlandais de l’extérieur. En choisissant d’intégrer les bâtiments existants dans la structure générale et en faisant un usage créatif de l’espace intérieur, les architectes ont imaginé un temple zen, calme, tout en évitant la tentation de l’approche minimaliste en verre et acier, si prisée ces derniers temps pour les extensions de musées. L’entrée, tel un canyon haut et étroit, est une vaste étendue de plâtre brut, parsemée d’ouvertures. L’atmosphère monastique évoquée par les tourelles et les murs sculpturaux – vitraux incrustés dans les murs épais – semble faire référence à la chapelle de Ronchamp de Le Corbusier. Contrastant avec le style académique du XIXe siècle du bâtiment principal et sa façade en briques, la Millennium Wing s’est également dotée d’un jardin d’hiver faisant office de carrefour pour la circulation. De même, la lumière zénithale sur les parois en ciment blanc confère au musée une ambiance mystique. Parmi les nouveaux aménagements, un espace spécifique a été consacré aux archives de l’un des principaux artistes irlandais du XXe siècle, Jack Yeats (1871-1957). Malgré les difficultés rencontrées pour la réalisation de ce projet – contraintes du site, restrictions émanant du service de l’urbanisme, dépassements des budgets et retard dans la réalisation des travaux –, ce programme raffiné et cohérent inscrit les transformations de la National Gallery d’Irlande au nombre des grandes réalisations architecturales de ces dernières années.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°144 du 8 mars 2002, avec le titre suivant : Dublin déploie son aile

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque