Vendredi 14 décembre 2018

Une élégante solution pour l’Islam au Louvre

L'ŒIL

Le 1 avril 2004 - 339 mots

Moins d’un an après la création du nouveau département des Arts de l’Islam au Louvre, le 1er août 2003 et la nomination à sa tête de M. Francis Richard, conservateur général spécialiste de la Perse et du monde musulman médiéval, et après les remous causés par l’éventualité de l’installation du nouveau département dans les espaces du palais aujourd’hui occupés par l’Ucad (cf. éditorial de L’Œil n° 544) une solution élégante a été trouvée, acceptable par les deux partis. Les nouveaux espaces dévolus aux collections des arts de l’Islam seront aménagés dans l’une des cours du Louvre, côté Seine, la cour Visconti, dont la couverture fait actuellement l’objet d’une étude de faisabilité architecturale et technique confiée au cabinet Ove Arup.

Ils s’inscriront de manière cohérente dans le circuit du Louvre, au cœur d’un « nouveau secteur consacré à la fin du monde antique dans le bassin oriental de la Méditerranée » et permettront de déployer sur quelque 3 000 m2 (soit plus du double des surfaces actuelles du département), des collections enrichies de nombreuses pièces majeures venues de l’Ucad et jusqu’alors invisibles, si ce n’est à l’occasion d’expositions ponctuelles en France et à l’étranger. Le rapprochement de ces collections publiques est bienvenu et fera du Louvre, avec le Metropolitan Museum of Art de New York et le Victoria & Albert Museum de Londres, l’une des trois plus importantes collections mondiales d’art de l’Islam par le nombre de pièces et leur qualité – le Louvre comptant quelque dix mille pièces et l’Ucad près de trois mille dans leurs collections respectives.

Un concours d’architecture sera lancé en juin 2005 pour la réalisation du projet, l’inauguration de la cour Visconti nouvelle manière étant prévue pour janvier 2009. En attendant, le nouveau département du Louvre continue d’enrichir et de documenter ses collections, et prévoit, à partir de mai 2004 et pour une durée d’un an, de présenter dans ses salles actuelles une sélection d’une trentaine de chefs-d’œuvre venus du Metropolitan Musem de New York qui seront confrontés aux objets de la collection du Louvre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°557 du 1 avril 2004, avec le titre suivant : Une élégante solution pour l’Islam au Louvre

Tous les articles dans Opinion

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque