Samedi 15 décembre 2018

Éditorial

Star-system

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 11 décembre 2012 - 316 mots

Le public qui se déplace en masse à la rétrospective « Dalí » au Centre Pompidou s’étend au-delà du public habituel des expositions parisiennes. Cela tient d’abord à l’œuvre très accessible du maître catalan, mais aussi à sa réputation d’excentrique savamment entretenue. Les plus de 40 ans se souviennent tous de sa célèbre publicité pour le chocolat Lanvin et de ses interviews extravagantes. À la fin des années 1960, il était naturellement plus facile de toucher un large public quand il existait seulement deux chaînes de télévision et aucune radio FM. Georges Mathieu avait su aussi accéder à la célébrité avec ses mises en scène filmées de lui-même en train de peindre. Le paysage médiatique a bien changé, et l’offre culturelle audio et audiovisuelle a beaucoup augmenté, comme notre dossier le montre. Sans compter évidemment avec l’apport d’Internet. Mais en fractionnant l’audience, cette multiplication des diffuseurs a aussi diminué l’impact des émissions, qui se retrouvent en quelque sorte diluées.

Par ailleurs, si l’on y voit et entend plus souvent les artistes, rares sont ceux qui ont atteint aujourd’hui la notoriété d’hier de Salvador Dalí pour le très grand public, celui qui ne se rend jamais dans les expositions. L’art contemporain, surtout lorsqu’il n’est pas clinquant comme celui de Jeff Koons ou de Takashi Murakami, a besoin d’être incarné pour étendre sa notoriété. Le public populaire aime mettre un visage sur une œuvre pour mieux regarder l’œuvre. Pourquoi faut-il toucher ce public ?, objectera-t-on. Parce que les artistes comme les romanciers, les scénaristes, les chorégraphes, les photographes sont des médiateurs qui disent le monde, qui en livrent une représentation. Les plus talentueux d’entre eux, ceux qui ont une pensée pertinente et une expression plastique originale et universelle peuvent être de formidables ambassadeurs de l’art de leur temps. Il faut y ajouter du charisme médiatique, et non plus seulement de belles moustaches, pour atteindre le plus grand nombre.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°381 du 14 décembre 2012, avec le titre suivant : Star-system

Tous les articles dans Opinion

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque