Les architectes de 2012

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 18 mars 2005

Alors que s’ouvre au Japon l’Exposition universelle d’Aichi où la France joue délibérément la carte de l’écologie en consacrant son pavillon au développement durable (lire p. 5), Paris retient son souffle avant la désignation début juillet de la ville olympique de 2012. Rien n’a été trop beau du 8 au 12 mars pour convaincre la mission d’évaluation du CIO que la Ville Lumière serait bientôt à nouveau celle des Jeux : réceptions à l’Élysée et à Matignon, témoignages des grands noms du sport hexagonal, mais aussi illuminations en tout genre, de l’hôtel de ville à l’Assemblée nationale, du pont de la Concorde à l’Opéra Garnier, sans que ce soit toujours du meilleur goût. Entre deux équipements sportifs, la mission d’évaluation a visité dans le quartier des Batignolles, dans le 17e arrondissement, le site proposé pour le village olympique où se dresse aujourd’hui un repère « témoin de l’amour des Jeux » de 75 mètres de haut dû aux architectes Henry Bardsley, Jean-François Blassel, Yves Pagès et Benoît Le Thierry d’Ennequin. Cette inspection a également été l’occasion de l’inauguration d’une exposition (1) qui témoigne de « la volonté du maire de Paris de promouvoir la création architecturale dans la capitale ». Après le projet des Halles et la polémique que l’on sait, la direction de l’urbanisme de la Ville de Paris avait lancé une consultation pour la conception de groupes d’immeubles d’habitation pour ce site. Le résultat est nettement plus décoiffant que pour le centre de Paris ! Parmi les 207 dossiers reçus, dix équipes d’architectes ont été retenues, qui ont chacune dessiné un îlot. Ainsi, Dominique Perrault propose un bâtiment tout habillé de verre et de vert, en donnant beaucoup de place au végétal, Massimiliano Fuksas a couvert son projet de capteurs solaires, tandis que Rudy Ricciotti s’est inspiré de motifs présents dans une photographie de Cartier-Bresson pour dessiner les fenêtres de ses façades blanches. Jusqu’à la « sculpture » proposée par l’agence néerlandaise KCAP, avec un ensemble recouvert d’ardoise ! Bref, beaucoup d’idées qui n’attendent qu’un signe en provenance de Singapour...

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°211 du 18 mars 2005, avec le titre suivant : Les architectes de 2012

Tous les articles dans Opinion

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque