Dimanche 25 octobre 2020

Lens – Abou Dhabi

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 27 novembre 2012 - 325 mots

Le Louvre-Lens et le Louvre Abou Dhabi ont en commun un enjeu inattendu : le public local. Les initiateurs de l’antenne lensoise ne cessent de répéter qu’il est important que les habitants de la région viennent et reviennent au musée. Et, en dépit des apparences, l’on entend le même discours chez les promoteurs émiratis.

Cet intérêt pour le public local, alors que l’on pensait les touristes prioritaires, s’explique d’abord par le fait que, pour des raisons fort différentes, les deux régions ne sont pas encore en tête de liste des destinations préférées des touristes. Pragmatisme des autorités donc ; pour faire le plein, autant jouer sur les deux publics. Mais il y a plus que cela, chacun a bien compris ce que peut apporter un musée dans la qualité de vie de ses administrés.

Un musée est aujourd’hui un lieu d’exposition, un lieu de débat, un espace commercial, bref un lieu de vie qui élève la pensée, produit du savoir et fortifie une communauté. Mais il ne suffit pas de planter un lieu d’exposition au milieu des champs, en banlieue voire dans des quartiers populaires de grandes villes pour que la greffe prenne, encore faut-il que l’offre ne soit pas trop élitiste.

Sur le papier, les deux antennes du Louvre semblent avoir compris la leçon. On aura l’occasion de le vérifier d’abord à Lens. Décidé en 2004 pour Lens et 2006 pour Abou Dhabi, les deux sites, après plusieurs reports, devaient ouvrir tous deux en 2012. On sait ce qu’il en est pour Abou Dhabi (2015). En France, la mobilisation de tous les acteurs concernés a permis au chantier de finalement sortir de terre dans des délais raisonnables. En revanche, Abou Dhabi garde une longueur d’avance sur sa reconversion. Les dernières mines de charbon du Nord-Pas-de-Calais ont fermé dans les années 1980, tandis que les réserves de gaz et de pétrole (une autre ressource énergétique) des Émirats arabes unis seront épuisées dans une centaine d’années.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°380 du 30 novembre 2012, avec le titre suivant : Lens – Abou Dhabi

Tous les articles dans Opinion

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque