Mercredi 19 février 2020

La photo, en haut de l’affiche

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 10 novembre 2009 - 333 mots

Où en est la photographie ? Du point de vue de l’engouement du public, elle tient toujours le haut du pavé. Pour s’en convaincre, il suffit d’examiner les chiffres de fréquentation de la dernière édition des Rencontres d’Arles, qui a fêté du 7 juillet au 13 septembre son quarantième anniversaire. En 2008, la manifestation avait déjà attiré le nombre record de 60 000 visiteurs. En 2009, ce chiffre a été pulvérisé avec 72 000 entrées, soit une augmentation de 20 % et, surtout, une fréquentation historique pour les Rencontres. Sans évidemment atteindre ce niveau, les expositions photos attirent toujours un large public partout en France. Lancées en 1994 au Mali, les Rencontres de Bamako ont eu davantage de mal à fidéliser la population locale, peu habituée à fréquenter les expositions. La biennale africaine de la photographie, qui se déroule jusqu’au 7 décembre, a donc décidé cette année d’aller au devant du public en affichant, dans les rues de la ville, des photographies de grandes dimensions, suivant les plans du scénographe Joël Andrianomearisoa. La manifestation expose de nombreux photographes du Maghreb, dont certains se retrouveront aussi sur les stands de Paris Photo. Cette année, la foire parisienne, considérée comme la plus importante au monde dans la spécialité, met en effet à l’honneur la photographie arabe et iranienne, sous le commissariat de Catherine David. Si le marché de la photographie fait toujours recette, les images encadrées ont en revanche tendance à être plus discrètes dans les foires d’art contemporain. Alors que la photographie plasticienne semble en retrait, certains artistes historiques en profitent pour exposer leurs images restées jusqu’ici inédites. Ainsi, lors de la FIAC, François Morellet dévoilait-il, chez Aline Vidal (Paris), des images des années 1970 qui condensaient à la fois sa vision du monde et sa démarche plastique. La commission « photographie » du Fonds national d’art contemporain ne s’y est pas trompée en acquérant, dès le mois de mai dernier, une image de cette série. Une façon d’avoir raison avant tout le monde.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°313 du 13 novembre 2009, avec le titre suivant : La photo, en haut de l’affiche

Tous les articles dans Opinion

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque