La culture pour chacun

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 2 février 2010

Six mois après sa prise de fonctions Rue de Valois, Frédéric Mitterrand entend en ce début d’année donner un nouveau souffle à son action. Malgré la polémique qui l’a affaibli, il semble ragaillardi par le soutien du président de la République qui lui a renouvelé sa confiance publiquement le 8 janvier. Depuis quelques mois, le ministre de la Culture répète son credo, « la culture pour chacun », un slogan emprunté à André Malraux.
 
Le 27 octobre 1966, le ministre d’État chargé des affaires culturelles prononçait ces mots devant l’Assemblée nationale : « Il y a deux façons de concevoir la culture : l’une, en gros, que j’appellerai “soviétique”, l’autre “démocratique”, mais je ne tiens pas du tout à ces mots. Ce qui est clair, c’est qu’il y a la culture pour tous et qu’il y a la culture pour chacun. Dans l’un des cas, il s’agit, en aidant tout le monde, de faire que tout le monde aille dans le même sens – dans l’autre cas, il s’agit que tous ceux qui veulent une chose à laquelle ils ont droit puissent l’obtenir. Je le dis clairement : nous tentons la culture pour chacun. »

Le 30 janvier, lors de l’inauguration des nouveaux locaux du Fonds régional d’art contemporain Auvergne, à Clermont-Ferrand, Frédéric Mitterrand a précisé sa pensée : « Je dis la culture pour chacun mais non pas seulement comme autrefois la culture pour tous. Car la culture par sa qualité même doit savoir toucher chacun d’entre nous, dans sa particularité, sa personnalité, sa différence, qu’elle soit d’origine, de milieu, de génération ou encore de territoire. La culture pour tous, c’est souvent la culture pour les mêmes, toujours les mêmes parfois, en tout cas les autres, pour quelques-uns. Trop souvent, la culture pour tous, c’est la culture à Paris, alors que nous souhaitons développer l’offre culturelle en région. […] La culture pour chacun doit être notre nouvelle frontière. » Cinquante et un ans après la création du ministère de la Culture, Frédéric Mitterrand semble vouloir faire sa priorité de la lutte contre l’échec de la démocratisation culturelle. Le vrai enjeu du XXIe siècle.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°318 du 5 février 2010, avec le titre suivant : La culture pour chacun

Tous les articles dans Opinion

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque