Dimanche 25 février 2018

Etrange France

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 18 octobre 2007

À tort ou à raison, le monde de l’art contemporain est devenu une immense caravane qui, au gré de la saison, plante sa tente à Bâle, à Venise, à Londres, à Miami ou à New York. Les art-setters se retrouvent ainsi de foires en biennales et de biennales en foires. La France – et il faut bien le regretter – ne bénéficie dans cette géographie mouvante de l’art d’aucune « date ». Lyon a pourtant plus d’une carte dans son jeu : une ville située au cœur de l’Europe, un réseau d’institutions dynamiques et surtout une biennale qui a souvent fait partie, artistiquement parlant, des meilleures. Malgré ces atouts et le soutien de l’État, la Biennale de Lyon tourne malheureusement cette année au gigantesque plantage. À force de « jouer » sur la délégation, l’exposition s’est totalement délitée, au point de créer d’innombrables îlots là où son ambition était de multiplier les réseaux. La capitale des Gaules vient ici de perdre une belle occasion de se placer dans le circuit international, comme lui promettait son choix d’inviter le commissaire globe-trotter Hans Ulrich Obrist.
À Paris, les choses ne sont pas plus roses. La FIAC s’est engagée depuis quelques années à redresser la barre, en faisant de l’international sa priorité, même si « étranger » n’est pas synonyme de « qualité ». Conséquences : des galeries françaises méritantes se voient aujourd’hui fermer les portes d’un salon qu’elles ont soutenues pendant des années. Certaines se sont, en désespoir de cause, regroupées dans des foires off, avec la bénédiction de la FIAC, qui les a même intégrées à sa communication. Mais voilà que cette dernière cherche par tous les moyens, et notamment judiciaires, à interdire la plus récente, les Élysées de l’art – pourtant soutenue par le comité professionnel des galeries d’art –, au détriment d’un grand nombre de galeries françaises de qualité. Un bel exemple quand on sait que Martin Bethenod, commissaire général de la FIAC, vient d’être mandaté par la ministre de la Culture pour réfléchir aux moyens pour doper le marché de l’art français !

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°266 du 5 octobre 2007, avec le titre suivant : Etrange France

Tous les articles dans Opinion

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque