Jeudi 19 septembre 2019

Zahi Hawass, Les Tombes oubliées de Thèbes, vivre au paradis

Réquisitoire en faveur des sépultures des nobles, à Thèbes

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 16 novembre 2010 - 175 mots

BEAU LIVRE. Considérées un temps comme moins importantes que celles, voisines, des rois et reines de l’Antiquité égyptienne, les tombes de la vallée des Nobles, à Thèbes, renferment pourtant des trésors inestimables.

Là sont enterrés des personnages proches des anciens pharaons dans des sépultures privées merveilleusement décorées de scènes peintes ou en relief. À travers l’étude de quatre-vingts d’entre elles, choisies parmi les plus belles réalisées entre 1550 et 1100 av. J.-C., Zahi Hawass raconte l’histoire et la fonction de ces sépultures : construction, décorations, rites funéraires… jusqu’à leur redécouverte par les expéditions napoléoniennes et leur « pillage » systématique, fonds de commerce du médiatique patron des antiquités en Égypte. Si le texte s’apparente parfois à un réquisitoire en faveur de la restitution des œuvres à l’Égypte et d’un patrimoine menacé de disparition, il demeure passionnant. Surtout, le nombre et la qualité des photographies signées Vannini en font l’un des très beaux livres de cette fin d’année.

Zahi Hawass, Les Tombes oubliées de Thèbes, vivre au paradis,
Thames & Hudson, 640 p., 208 ill., 120 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°630 du 1 décembre 2010, avec le titre suivant : Zahi Hawass, <em>Les Tombes oubliées de Thèbes, vivre au paradis</em>

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque