Radio & télévision

« On a volé Banksy », par Fabien Simode sur TSF Jazz

Par L'Œil · lejournaldesarts.fr

Le 5 mars 2019 - 473 mots

PARIS

Le vol d’un pochoir de Banksy sur une porte du Bataclan n’est pas une première. L’artiste est habitué à voir ses œuvres dérobées, quand elles ne sont pas détruites, pour les voir parfois réapparaître sur le marché de l’art. Réécoutez la chronique de Fabien Simode, rédacteur en chef de L’Œil, sur TSF Jazz le 31 janvier 2019.

vole Bataclan Banksy
Oeuvre en hommage aux victimes du Bataclan faite par Banksy, volée

Chronique à réécouter ici dans son intégralité ou à lire ci-après :

Fabien Simode : Banksy, ce grand nom du street-art dont personne ne connaît la véritable identité, a fait encore parler de lui en janvier 2019. Cette fois, malgré lui ! Dans la nuit du 25 au 26 janvier 2019, en effet, des voleurs ont dérobé l’une des œuvres qu’il a réalisé en juin 2018 à Paris. Pas n’importe quelle œuvre : puisqu’il s’agit du pochoir que l’artiste a peint sur l’une des issues de secours du Bataclan. Cette peinture représente une jeune femme au regard triste, le visage légèrement incliné en position de recueillement. Qu’il s’agisse d’un hommage aux victimes du Bataclan n’a pas ému les voyous, qui ont découpé la porte à la disqueuse avant de l’emporter sous le bras !
Ce n’est pas la première fois qu’une œuvre de Banksy disparaît en pleine rue. La chose est même courante : une peinture représentant un enfant cousant des drapeaux britanniques avait déjà été arraché de son mur en 2013. Et quand elles ne sont pas volées, les œuvres sont souvent détruites lors de travaux, voire effacées par les habitants. Ce fut le cas, par exemple, d’une peinture représentant des pigeons tenant des pancartes contre l’immigration, qui fût jugée, à tort, raciste. Résultat, quand une peinture de Banksy apparaît quelque part dans le monde, la communauté des fans de l’artiste s’organise pour la protéger en la recouvrant de Plexiglas, voire en embauchant un vigile pour la garder. 

Mais, à quoi bon voler une œuvre de Banksy ? Pour la revendre sur le marché de l’art ! Car, si tout le monde a connaissance de la provenance de l’œuvre, Banksy peut difficilement porter plainte pour le vol d’une peinture qu’il a lui-même réalisée illégalement. Et s’il le faisait, il serait alors contraint de dévoiler son identité, ce qui l’exposerait en retour à la justice et provoquerait l’effondrement du mythe Banksy. Cela, les voleurs le savent bien, qui n’ont pas de scrupule à écouler leur butin sur le marché de l’art. Par exemple : le pochoir volé en 2013 avait atteint aux enchères plus d’un million de dollars ! La jeune femme du Bataclan volée le week-end dernier aura-t-elle le même destin ? À moins que le vol d’une peinture en hommage aux victimes des attentats ne soit jugé blasphématoire par le marché. Ce qui supposerait alors que celui-ci ait une morale. Or, rien n’est moins sûr ! Chronique à réécouter ici dans son intégralité :

Thématiques

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque