Vendredi 14 décembre 2018

Un sculpteur en Lorraine

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 28 avril 2000 - 184 mots

Si le célèbre transi de Bar-le-Duc figure à juste titre dans toutes les histoires de la Renaissance française, son auteur, Ligier Richier (v. 1500-1567), n’a jamais bénéficié de la même notoriété, victime du double handicap de ne pas naître italien et de travailler loin de Paris.

Toutefois, plusieurs œuvres, comme la Mise au Tombeau de Saint-Mihiel dans laquelle l’esprit renaissant souffle sur les mises en scène pathétiques de l’art médiéval, avaient toujours gardé leur attribution. Les patientes investigations des historiens de l’art en ont ajouté d’autres, que l’on retrouve dans le bel ouvrage publié aujourd’hui. Une remarquable campagne photographique, volontairement limitée à sa région d’origine, a été réalisée pour l’occasion par Jean-Luc Tartarin, tandis que Paulette Choné, spécialiste de l’art lorrain, a mis son érudition au service du projet, alourdi par les textes superflus du poète Bernard Noël. Les bouleversantes images de la Passion du Christ sculptées par Ligier Richier n’avaient pas besoin de ces commentaires.

Bernard Noël et Paulette Choné, Ligier Richier, photographies de Jean-Luc Tartarin, Conseil général de la Meuse/éditions Meuse/Serge Domini éditeur, 144 p., 60 ill. coul., 290 F. ISBN 2-912645-20-4.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°104 du 28 avril 2000, avec le titre suivant : Un sculpteur en Lorraine

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque