Mercredi 21 février 2018

Un plaidoyer pour les collections d’entreprise

Par Julien Tribut · L'ŒIL

Le 24 juillet 2007

Les bénéfices que peut tirer une entreprise de la constitution d’une collection d’art contemporain sont bien connus. Deux vont directement en haut de son bilan : un patrimoine mobilier qui s’apprécie au rythme des records de l’art actuel (pour autant que l’acheteur ait su choisir les pièces) et une image de marque qui mêle audace, curiosité et entreprise citoyenne.
Le troisième bénéfice est plus incertain : l’art d’aujourd’hui, par son questionnement incessant, inciterait les salariés à se remettre en question et à innover dans leur travail. La Deutsche Bank, Neuflize Vie, UBS, Migros, HSBC, Unilever, Cartier, sont parmi les plus gros collectionneurs européens. On remarque la forte présence des banques. On ne s’étonnera pas que les deux auteurs, proches d’HEC, aient rédigé un plaidoyer pour les entreprises arty, comme l’on parle des entreprises éthiques.
L’écriture à deux plumes pèse sur l’ouvrage qui manque de charpente et affiche de nombreuses redites et « copier/coller ». Il aurait peut-être dû adopter la forme et le contenu d’un véritable rapport pour en faire un ouvrage de référence.

Karine Lisbonne, Bernard Zürcher, L’Art avec pertes ou profit”‰?, Flammarion, 254 p., 22 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°592 du 1 juin 2007, avec le titre suivant : Un plaidoyer pour les collections d’entreprise

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque