Mercredi 21 octobre 2020

Un monument à l’Égypte

Par Pierre Morio · L'ŒIL

Le 15 avril 2015 - 148 mots

Beau livre - Prisse d’Avennes est certainement l’un des protagonistes les moins connus de l’égyptologie française. Pourtant, par son travail de recension – et aussi, malheureusement, de pillage –, il en est l’un des piliers fondateurs.

Marqué par l’expédition d’Égypte menée par Bonaparte en 1801, cet explorateur sillonna sans relâche, durant la seconde moitié du XIXe siècle, les bords du Nil pour en dresser un relevé le plus complet possible de ses monuments, antiques comme contemporains. Salima Ikram, professeur d’égyptologie à l’American University du Caire, livre ici un des monuments de la connaissance archéologique du XIXe siècle, qu’il remet en perspective dans son texte introductif. S’il ne s’agit, dans cette édition, que de la reproduction pure et simple des planches réalisées par Prisse d’Avennes, celle-ci a le mérite d’avoir été réalisée en très grand format, rendant certes la consultation peu aisée mais la finesse des dessins plus majestueuse.

Salima Ikram, Émile Prisse d’Avennes. Art égyptien, Taschen, 424 p., 99,99 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°679 du 1 mai 2015, avec le titre suivant : Un monument à l’Égypte

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque