Un débat sans fin

Le Journal des Arts

Le 30 juin 2000

“La restauration, dont le principe a depuis l’origine du concept été constamment combattu par les archéologues et les historiens, donc rejeté par l’opinion savante, est une des formes de l’adoption des monuments du passé par la société.” Forte de ce postulat, Françoise Bercé, conservateur à l’Inventaire, retrace le débat toujours recommencé entre archéologues et historiens d’un côté, et architectes de l’autre. De nombreux exemples significatifs, de Germigny au milieu du XIXe siècle à Saint-Sernin de Toulouse au début des années quatre-vingt, viennent éclairer cette histoire passionnée, au cours de laquelle se transforme la notion de monument. Toutes les discussions auxquelles ont donné lieu les cas envisagés ici éclairent opportunément quelques débats récents et futurs, car “il n’y a pas de progrès en restauration même si les possibilités techniques peuvent faire croire que le désastre absolu est hors de notre âge, même si la restauration croit se rapprocher d’une science exacte qu’elle ne sera jamais”, conclut Bruno Foucart.

- Françoise Bercé, Des monuments historiques au patrimoine, du XVIIIe siècle à nos jours, postface de Bruno Foucart, Flammarion, 240 p., 198 F. ISBN 2-08-01-2803-5.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°108 du 30 juin 2000, avec le titre suivant : Un débat sans fin

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque