Dimanche 21 octobre 2018

Twombly amoureux

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 21 novembre 2016 - 200 mots

Art contemporain - Les Éditions du regard vouent une passion au travail de Cy Twombly, peintre dit « américain », divorcé des États-Unis (où il ne fut pas toujours compris) pour mieux s’installer à Rome, au plus près de la culture gréco-latine.

Après l’importante monographie que lui a consacrée Richard Leeman en 2005 – abondamment cité –, et le livre dédié en 2014 aux dernières peintures de l’artiste, l’éditeur a donc confié à l’une de ses auteures fétiches, Dominique Baqué, le soin d’écrire un nouvel opus sur l’artiste, parallèlement à l’exposition du Centre Pompidou. Cy Twombly. Sous le signe d’Apollon et de Dionysos se compose ainsi d’un ensemble d’essais sur le tropisme méditerranéen, la sculpture, le graffiti et l’érotisme chez l’artiste, que l’auteure situe donc entre Apollon (« le dieu de la mesure et de l’harmonie ») et Dionysos (pour sa « virilité phallocratique »). L’œuvre léguée par Twombly n’est pas du domaine des « latrinogrammes », ces dessins de murs de pissotières raillés par le critique américain Edouard Roditi en 1959, mais, rappelle Dominique Baqué, une œuvre puissante et raffinée, suggestive et littéraire, que les admirables reproductions du livre nous offrent pour le plaisir de l’esprit et des yeux.

A lire

Dominique Baqué, Cy Twombly. Sous le signe d’Apollon et de Dionysos, Éditions du regard, 260 p., 200 ill., 46 €

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°696 du 1 décembre 2016, avec le titre suivant : Twombly amoureux

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque