Tout Vermeer à toucher des yeux

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 19 novembre 2015 - 223 mots

Œuvre complet - Les éditions Taschen enrichissent leur catalogue « d’œuvres complets » avec la parution de celui de Vermeer par Karl Schütz, historien de l’art spécialiste de la peinture hollandaise. L’auteur livre une étude orthodoxe de l’artiste, qui respecte la chronologie à travers ses chapitres consacrés à la jeunesse, à la maturité et aux dernières années du peintre, ce que s’était refusé à faire le jeune historien Jan Blanc, dans son brillant et iconoclaste Vermeer paru chez Citadelles & Mazenod en 2014. Comme il se doit lorsque l’on approche l’artiste, dont le nom « tomba presque dans l’oubli après sa mort », un chapitre est réservé à la redécouverte (au XIXe siècle) et à la gloire tardive de l’auteur de La Jeune Fille à la perle. Comme pour les œuvres complets de Bosch et de Velázquez, l’éditeur a fait rephotographier dix-huit œuvres sur les trente-cinq attribuées au peintre de Delft, auxquelles il faut ajouter la Sainte Praxède (1655) et Jeune Femme assise au virginal (vers 1670-1672) – que le catalogue classe naturellement dans les « attributions discutables ». Cette campagne photographique donne une nouvelle fois tout son sens au format XL de l’ouvrage et aux pages dépliantes qu’affectionne Taschen, comme ce détail de la Femme écrivant une lettre et sa servante, reproduit en couverture, lequel nous donne presque à lire la missive.

Karl Schütz, Vermeer, L’Œuvre complet, Taschen, 258 p., 99,99 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°685 du 1 décembre 2015, avec le titre suivant : Tout Vermeer à toucher des yeux

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque