Lundi 20 septembre 2021

Livre

Monographie

Théo Mercier

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 24 novembre 2020 - 148 mots

Un premier livre – un « grimoire », selon l’intéressé – présentait le travail de Théo Mercier jusqu’en 2012 (All You Can Eat).

J.-H. Martin, M. de Brugerolle, S. Mohebbi, Théo Mercier. La possession du monde n’est pas ma priorité, Dilecta
J.-H. Martin, M. de Brugerolle, S. Mohebbi, Théo Mercier. La possession du monde n’est pas ma priorité
© Dilecta

L’ouvrage qui paraît aujourd’hui, toujours chez Dilecta, reprend le fil de cette première édition pour couvrir la période 2013-2020 du plasticien et metteur en scène. Son titre est emprunté au nom que l’artiste a donné à sa collection de rochers artificiels d’aquarium (plus de 700 spécimens) : La possession du monde n’est pas ma priorité. Après un entretien d’ouverture avec l’historien de l’art Jean-Hubert Martin, la monographie fait se succéder les projets de l’artiste : expositions (comme celle au Lieu unique à Nantes en 2013) et spectacles (à l’instar de Radio Vinci Park créé en 2016 à la Ménagerie de verre). Avec sa couverture entoilée, ses 260 photographies superbement reproduites et son façonnage original, ce livre ravira les amateurs – nombreux – de l’œuvre de Théo Mercier.

J.-H. Martin, M. de Brugerolle, S. Mohebbi,
Théo Mercier. La possession du monde n’est pas ma priorité, Dilecta, 368 p., 39 €.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°739 du 1 décembre 2020, avec le titre suivant : Théo Mercier

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque