Samedi 23 février 2019

Taschen s’associe à Wildenstein

L’éditeur discount s’attaque au marché des catalogues raisonnés

Par Martin Bailey · Le Journal des Arts

Le 1 septembre 1996 - 498 mots

L’éditeur allemand Taschen, spécialisé dans la publication de livres d’art à bas prix, s’associe au prestigieux Institut Wildenstein pour rééditer toute une série de catalogues raisonnés à des prix défiant toute concurrence. Pre­mière parution au mois d’octobre, avec le catalogue raisonné de l’œuvre de Monet établi par Daniel Wildenstein.

COLOGNE - En accord avec l’Institut Wildenstein, Benedikt Taschen réédite une version réactualisée du catalogue raisonné de Monet en cinq tomes, publiés entre 1974 et 1991 par Daniel Wildenstein. Édités chacun à 2 500 exemplaires, les premiers tomes sont aujourd’hui épuisés, et un catalogue complet a récemment atteint 15 000 dollars (75 000 francs) chez Christie’s. Taschen le proposera à partir du mois de novembre au prix modique de 945 francs !

La nouvelle édition, désormais en couleurs, a été ramenée à quatre volumes. Ce nouveau catalogue de 1 600 pages environ, mis à jour par l’institut et placé sous la direction éditoriale de l’historien de l’art, écrivain et journaliste Gilles Néret, recense 2 055 peintures de Monet. Certaines des œuvres qui y figuraient, jugées d’authenticité douteuse, ont été retirées, tandis qu’une centaine d’autres, mieux attestées, étaient ajoutées.

Quarante catalogues
Benedikt Taschen, âgé de 35 ans, a lancé sa maison d’édition à Cologne, en 1983. Avec 160 titres à son catalogue, son chiffre d’affaires avoisine les 400 millions de francs, ce qui en fait l’un des premiers éditeurs d’art au monde. Pour ne prendre qu’un exemple, un récent ouvrage sur Dali traduit en 22 langues s’est vendu à 3 millions d’exemplaires. Fondation bénévole créée à Paris en 1970, l’Institut Wildenstein est financé par la famille, qui possède encore des galeries à Londres, New York et Tokyo. L’institut a déjà publié 22 catalogues raisonnés, et 17 sont en préparation.

Le rapprochement entre ces deux entités que rien apparemment ne prédestinait à travailler ensemble – grand public d’un côté, spécialistes de l’autre – s’est opéré par l’intermédiaire de Gilles Néret. Auteur de plusieurs ouvrages édités chez Taschen – une monographie de Matisse, une étude sur les impressionnistes, une encyclopédie Erotica Universalis, etc. –, il connaît en effet Daniel Wildenstein depuis trente ans. Selon Marie-Christine Maufus, directrice littéraire de l’Institut Wildenstein, l’accord conclu avec Taschen aura pour conséquence "une diffusion beaucoup plus large, et c’est ce qui nous intéresse avant tout". Ni l’un ni l’autre des partenaires n’a précisé sur quelles bases financières s’est conclu l’accord, mais tout laisse à penser que Taschen a consenti à verser une forte somme ou d’importants droits d’auteur.

Monet n’est qu’un début. Un second catalogue raisonné de l’Institut Wildenstein paraîtra au mois de novembre. Consacré à Vélasquez et établi à l’origine par le regretté José Lopez-Rey, il a également été mis à jour par l’institut. Cet ouvrage de 620 pages, en deux volumes, comprend 600 illustrations et sera vendu 475 francs. Les catalogues Manet, Ingres et Courbet seront publiés en 1997, puis suivront vraisemblablement Zurbaran, Boucher, Fragonard, Redon, Gauguin et Rodin. Dans les dix années qui viennent, l’éditeur allemand espère parvenir à publier quarante des catalogues Wildenstein.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°28 du 1 septembre 1996, avec le titre suivant : Taschen s’associe à Wildenstein

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque