Mercredi 25 novembre 2020

Livre - Photographie

Photo

Sur face

Par Colin Lemoine · L'ŒIL

Le 27 octobre 2020 - 158 mots

C’est un livre de peu et de feu. De peu, car il est d’une sobriété infrangible, celle de l’élégance – 72 pages où le papier velouté succède au papier glacé, où les mots, ceux d’Erri De Luca, font suite aux photographies de Martin d’Orgeval.

De feu, car les images, d’une technique souveraine, sont ardentes. Elles brûlent d’une irrésistible envie de voir, elles enflamment les rêves. Les surfaces ici photographiées sont des épiphanies, elles révèlent des mystères, dévoilent des secrets. Éclaboussures sur le bitume, chiffres sur un mur, poussière sur un capot de voiture, entailles sur une paroi, portes lactescentes : évoquant les déambulations surréalistes ou situationnistes, les photographies de Martin d’Orgeval disent les diableries d’un monde qui s’offre dans le secret, les rébus d’un visible entaché et entaillé, d’un réel hiéroglyphique, quand tout fait signe, mais vers qui, pour quoi ? Ici, il n’est que de voir, pas de savoir. Est-ce cela que l’on appelle le désir ?

Martin d’Orgeval, texte d’Erri De Luca,
Sur face,
Steidl, 72 p., 40 €.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°738 du 1 novembre 2020, avec le titre suivant : Sur face

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque