Mercredi 19 décembre 2018

People

Quand la télévision parle d’art...

Le Journal des Arts

Le 7 janvier 2005 - 431 mots

Après France 2 et son émission « D’art d’art », la chaîne France 3 choisit à son tour un programme court pour parler d’art à une heure de grande écoute. « Ici, point d’experts ou de critiques qui imposent leur savoir, mais des femmes et des hommes qui partagent leur émotion face à une œuvre – tableau ou sculpture – librement choisie au sein du fabuleux fonds du Centre Pompidou », explique le directeur général de France 3, Rémy Pflimlin. Initiée par l’institution parisienne et la société de production Cinétévé, l’émission fait donc appel chaque fois à une personnalité différente – même si beaucoup sont issues du cinéma –, ainsi Catherine Jacob, Marie Darrieussecq, Pierre Bergé ou Michel Édouard Leclerc, pour « parler d’une œuvre » de son choix, actuellement exposée au Centre Pompidou. Le but clairement affiché est d’attirer dans ce lieu « le non-public [c’est-à-dire ceux qui n’y viennent jamais], grâce à des gens avec un fort capital de sympathie », avoue Anne-Michèle
Ulrich, déléguée à l’action culturelle audiovisuelle au Centre Pompidou, qui voit là une porte d’entrée pour des programmes plus longs faisant appel cette fois-ci aux professionnels de l’art.
Filmée dans les salles du musée, l’émission se veut une rencontre entre une personnalité et une œuvre : Juliette Binoche et l’Autoportrait dans la glace du cabinet de toilette (1939-1945), de Pierre Bonnard ; Vincent Pérez et le Portrait de Jean Genet (1956), d’Alberto Giacometti – pour ne citer que les deux premiers épisodes. Mais, en fait de rencontre, l’on retient beaucoup plus l’image de la personnalité comme lors de la prestation de l’actrice Clémentine Célarié, qui, s’adressant à Joan Miró face au Bleu III (1961), fond en larmes : « Quand j’étais petite, je t’ai vu (elle pleure). C’est ridicule, hein ? Mais... en fait, j’ai une impression de liberté incroyable ! » Très bref, chaque épisode crée une certaine intimité, ce, afin de restituer la réaction de l’invité et non de transmettre des connaissances sur l’art moderne. Car « Suivez l’artiste » mise avant tout sur l’émotion de la star, sur son impression, qui se résume souvent à une simple description. « L’autre artiste » (pour ne pas dire le vrai), c’est-à-dire le peintre ou le sculpteur auteur du chef-d’œuvre, n’est finalement que prétexte à un défilé people. La place de l’art sur nos chaînes nationales hertziennes doit-elle forcément se résumer à cela ?

Suivez l’artiste (2004, 50 x 1 min 30 s), réalisé par Raynal Pellicer, diffusé tous les samedis à 18 h 10, sur France 3, avec une rediffusion le dimanche à 0 h 15.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°206 du 7 janvier 2005, avec le titre suivant : Quand la télévision parle d’art...

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque