Mercredi 28 octobre 2020

Prière d’insérer

Proprement… curieux

L'ŒIL

Le 21 mars 2014 - 349 mots

Alors que la frilosité gagne du terrain dans tous les domaines et particulièrement celui de la culture, saluons ici les prises de risque telle celle de la maison Seuil d’éditer un ouvrage surLe Propre et le Sale, L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge de Georges Vigarello [280 p., 39 €]

À l’heure où le merveilleux film polonais Ida trouve son public, espérons que résisteront toujours les amoureux de la culture face à une rentabilité exigée car la question pourrait se poser quant à l’ouvrage susmentionné : à quoi sert une étude sur l’histoire du propre ? Si ce n’est à regarder différemment nos villes et notamment Paris et son canal de l’Ourcq, dont le percement, « commencé au début du XIXe siècle et terminé en 1837, a permis de démultiplier l’eau conduite sur Paris » ; voire à appréhender différemment un somptueux portrait d’Agnolo Bronzino du XVIe siècle dans lequel « la blancheur du linge est signe d’une propreté censée montrer le dedans » ?

C’est justement cela l’important : inciter l’homme à s’ouvrir à autre chose que ses seuls centres d’intérêt. Comme le disait Stéphane Hessel – et qui est malheureusement mis à mal ces derniers temps : « Je suis convaincu que l’avenir appartient à la conciliation des cultures différentes. C’est par cette voie que l’humanité devra franchir sa prochaine étape. » Cette conciliation passe forcément par une curiosité bienveillante. Apprendre à être curieux en commençant par sa propre culture. L’ouvrage qui nous intéresse ce mois-ci nous y incite donc. Il touche à un grand nombre de domaines : l’art – l’iconographie y est riche et variée, de Bethsabée au bain de Memling au croquis de la coupe de La Samaritaine en passant par la gravure enchanteresse de Charles Germain –, l’architecture, les sciences, la sociologie, la psychologie… Si, à lire le titre, le propos semble désuet, il n’en est rien tant il en dit long sur l’homme, ses peurs, ses réflexions, ses inventions et parfois son humanisme. L’étude sérieuse, claire, passionnante (malgré quelques redites) et illustrée brillamment incitera les lecteurs à sortir des sentiers battus.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°667 du 1 avril 2014, avec le titre suivant : Proprement… curieux

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque