Dimanche 17 novembre 2019

Muséologie

Pour un musée polymorphe

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 5 juin 2013 - 523 mots

La directrice adjointe du Mnam aspire à une réinvention des grands musées pour échapper à la crise qui les gagnerait.

Sous un titre provocateur, La Fin des musées ?, Catherine Grenier dénonce les limites de la course à l’Audimat des grands musées et propose un nouveau modèle. Cet essai prend place dans le contexte de la candidature de l’actuelle directrice adjointe du Musée national d’art moderne au poste de directeur, Alfred Pacquement, devant prendre sa retraite à l’automne. On peut donc y lire une forme de profession de foi à l’intérieur des contraintes du genre que sont une expression mesurée (avec une préférence pour des questions plutôt que pour des affirmations), et des propositions qui se situent plus dans le registre des grandes orientations que dans celui des programmes concrets.

« Lieux référentiels »
La crise des musées donc. La thèse est connue et l’auteure ne s’y appesantit pas trop : la multiplication des expositions spectaculaires, outre qu’elle porte en elle ses limites, remet en cause les missions traditionnelles des musées. En clair, à force de devenir des entreprises culturelles, ces institutions sont en train de perdre leur âme. Ici, on serait tenté de demander à Catherine Grenier si les conservateurs et les collections du Louvre, du Musée national d’art moderne-Centre Pompidou ou de la Tate Modern (Londres) ne se portent pas mieux depuis les années 1980 qui ont vu des sommes considérables s’investir dans ces lieux. On peut se demander aussi si la démocratisation culturelle, certes encore imparfaite, n’y a pas gagné non plus. Mais voyons plutôt la « réflexion prospective ». L’auteure souligne combien les grands musées sont devenus des « lieux référentiels » producteurs de connaissance. Le lecteur ne peut que la suivre sur ce terrain. À ce titre et toujours selon Catherine Grenier, les musées devraient, à travers l’exposition des collections permanentes, reconsidérer le discours conventionnel et trop européen sur l’art moderne et ouvrir les départements d’art contemporain aux scènes émergentes, ceci à partir du postulat d’une équivalence des cultures. De manière générale, ils devraient mieux prendre en compte l’histoire, la société humaine, et délaisser une approche trop stylistique. Un des bénéfices de cette approche plus respectueuse de la diversité serait justement d’attirer un public qui ne se reconnaît pas dans le discours habituel. Mais l’auteure va plus loin, elle en appelle à un musée « lieu d’enseignement » qui formerait les jeunes chercheurs, et même à un « musée forum », lieu de débat qui s’ouvrirait aux sujets de société. Il y a là, selon nous, un risque. Rares sont les institutions comme les musées à bénéficier d’un tel capital confiance parmi toutes les couches de la société. L’exposition des œuvres d’art est perçue par le public comme un exercice neutre et savant. À y faire entrer les débats de société, nécessairement clivants, on menace le statut privilégié de cet « acteur de référence dans l’espace intellectuel ». Pour le coup, un « musée polymorphe » signerait la fin des musées, en tout cas les grands musées. Car pour les autres, c’est-à-dire l’immense majorité des musées municipaux, en France, l’enjeu est toujours d’attirer le public dans ses collections permanentes.

Catherine Grenier, La fin des musées ?, Éditions du Regard, 2013, 140 pages, 18 €.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°393 du 7 juin 2013, avec le titre suivant : Pour un musée polymorphe

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque