Dimanche 17 novembre 2019

Photographes de l’entre-deux-guerres

Une somme pour la période 1920-1940

Par Emmanuel Fessy · Le Journal des Arts

Le 16 janvier 1998 - 400 mots

La photographie de l’entre-deux-guerres en France est surtout connue à travers le prisme du Surréalisme. Christian Bouqueret, spécialiste de la période, en élargit la vision en s’intéressant à de nombreux autres artistes et aux nouveaux moyens de diffusion de la photographie. Au total, une somme richement illustrée, mais dont le texte trop dense peut décourager le lecteur.

Christian Bouqueret est passionné par la photographie des années 1920-1940. Il a abordé cette période en tant que commissaire d’expositions (“Bauhaus et photographie”, “La nouvelle photographie en France 1919-1939”, entre autres), en tant qu’historien, avec une monographie sur Laure Albin Guillot (Marval) et un ouvrage sur Les femmes photographes des années 30 en France, en préparation toujours chez Marval. Il s’est également attaché à la valoriser en tant que marchand et galeriste – qu’il était –, ce qu’omet de préciser sa biographie, alors que cette profession est tout à fait honorable.

C’est dire en tout cas s’il connaît le sujet, et son livre fourmille d’informations, d’encadrés, de biographies fort utiles. À ce titre, la troisième partie de Des années folles aux années noires, consacrée à “La diffusion”, est la plus enrichissante. L’essor considérable du livre illustré, le succès de quotidiens comme Paris Soir, le développement des magazines illustrés comme Vu, sont pour le médium la grande innovation de l’époque. Bouqueret recense les livres publiés, décrit avec moult détails les magazines ou le fonctionnement des agences, à tel point que le lecteur peine sous le poids des informations et souhaiterait une hiérarchie dans ces données éparses afin de lire un texte moins dense et dégageant des perspectives. Il manque paradoxalement une nouvelle vision sur la période, alors que l’ouvrage prétend décrypter “la nouvelle vision photographique en France”. Ainsi, il re­prend les classifications classiques : le studio, le nu, le reportage… Cha­que partie est suivie d’un portfolio de photographies pleine page, remarquablement imprimées, qui reflète les partis pris de l’auteur. Laure Albin Guillot, François Kollar, André Steiner sont mieux servis que Cartier-Bresson ou René-Jacques. À travers “un extraordinaire brassage qui rend la période fabuleusement riche”, Bou­que­ret opère, là, une hiérarchie discutable.

Des années folles aux années noires a été couronné par le Prix Nadar 1997.

Christian Bouqueret, Des années folles aux années noires, Marval, 288 p., 270 ill., 490 F. ISBN 2-86234-230-0. Ouvrage publié avec le concours du Centre national du livre et l’aide de NSM Vie et de la Banque de Neuflize, Schlumberger, Mallet.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°52 du 16 janvier 1998, avec le titre suivant : Photographes de l’entre-deux-guerres

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque