Philippe Bouin : Natures mortes

Roman noir sur fond noir.

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 19 juin 2008

Des églises du XIIe siècle pillées ; des vrais faux tableaux prêts à embarquer pour les États-Unis ; des Libanais qui disparaissent et Joachim Debbas, peintre mystique de renommée internationale, mort dans un attentat à Beyrouth, et dont le « golem » hante les rues de Paris tandis que ses dernières toiles sont exposées à la galerie Ayanhi. Voilà le décor du polar dans lequel évoluent Flora Régnaud, flic spécialiste en art à l’OCBC, et Vladi Burg, jeune peintre prometteur. De Montmartre à Giverny, en passant par Maisons-Alfort et ses écorchés de Fragonard, le lecteur est convié à démêler une intrigue plutôt bien ficelée. À condition d’être capable de regarder la mort en face.

Philippe Bouin, Natures mortes, Archipoche, 352 p., 6,50 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°604 du 1 juillet 2008, avec le titre suivant : Philippe Bouin : Natures mortes

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque