Lundi 17 décembre 2018

Peintre des écoliers

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 16 janvier 2013 - 113 mots

Le naturalisme a produit le meilleur (Jules Bastien-Lepage, Alfred Roll) comme le pire. On serait tenté a priori de ranger dans cette seconde catégorie Henry Jules Jean Geoffroy dit « Géo » (1853-1924), qui a consacré son existence à peindre consciencieusement des écoliers.

Pourtant, servi par un « faire » honnête et une touche qui s’éloigne du léché académique, son œuvre possède une incontestable valeur documentaire qui ne sombre pas dans le misérabilisme d’un Fernand Pelez. La IIIe République naissante lui a d’ailleurs commandé des grands formats respectables.

« Henry Jules Jean Geoffroy, dit « Géo » », Maryse Aleksandrowski, Alain Mathieu, Dominique Lobstein, éd. Librairie des Musées, 2012, 265 p., 39 €.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°383 du 18 janvier 2013, avec le titre suivant : Peintre des écoliers

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque