Mercredi 14 novembre 2018

Paul Cézanne

Sous différents angles

Par Jean-Christophe Castelain · L'ŒIL

Le 1 septembre 2006 - 406 mots

Deux biographies de Cézanne, écrites à vingt ans d’écart, donnent la mesure des exigences des lecteurs d’aujourd’hui. Le Cézanne de John Rewald (1912-1994), publié pour la première fois en 1986, vient d’être réédité sans modification. Cette biographie du peintre aixois, est la référence en la matière. Rewald est aussi connu pour sa célèbre Histoire de l’impressionnisme. Le Journal de Cézanne, par Laurent Houssais inaugure une nouvelle collection dont la promesse est dans le titre : dérouler l’histoire d’une vie année après année.

Deux livres, deux époques
Tout distingue les deux ouvrages. Le premier appartient à la catégorie des beaux livres d’art. Le second relève du livre de poche (en plus lourd). Si l’un et l’autre adoptent un découpage chronologique, Rewald a séquencé son plan en périodes clés alors que Houssais égrène les
années. Non pas que la vie de Cézanne le nécessite, mais parce que la formule de l’éditeur ajoute à l’étude de la vie et de l’œuvre un rappel du contexte historique.
Le style des deux biographies rend bien compte de leurs époques respectives. Celle de John Rewald est très narrative, avec des accents lyriques un peu surannés. L’auteur ne dédaigne pas les anecdotes domestiques et les verbes au conditionnel. C’est que l’ouvrage est issu de sa thèse de 1936. Le Journal de Cézanne est, lui, formaté par sa maquette : textes courts, notules, encadrés. Dès lors, le style est plus affirmatif et factuel. Plusieurs œuvres sont ainsi commentées à la manière de la presse magazine, avec de petites légendes.
Pourtant, l’un et l’autre puisent à des sources identiques. Les mêmes œuvres clés bien sûr, mais aussi les mêmes photo­graphies d’époque qui apportent toujours un vrai plaisir de lecture. La correspondance du peintre, et notamment celle avec son ami d’enfance Émile Zola, est également largement mise à contribution. Au total, peu de divergences de fond. On réalise alors à quel point les historiens de l’art se sont très tôt intéressés à cette figure tutélaire des avant-gardes.
L’enfance à Aix, les séjours à Paris, le compagnonnage avec les impressionnistes dont Pissarro, le retour en Provence… Tout est dit et bien dit dans les deux livres. Mais alors qu’on lira la biographie de Rewald comme un roman en s’attardant sur les illustrations, on feuillettera celle d’Houssais au gré des humeurs. Changement d’époque, changement de modes de lecture.

John Rewald, Cézanne, Flammarion, 280 p., 49 €, et Laurent Houssais, Le Journal de Cézanne : 1839-1906, Hazan, 368 p., 27 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°583 du 1 septembre 2006, avec le titre suivant : Paul Cézanne

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque