Vendredi 19 octobre 2018

Passion, justice, liberté

L'ŒIL

Le 1 mars 2000 - 156 mots

Le courage d’une femme face à un groupuscule crapuleux tel que la Mafia. La conseillère municipale de Palerme, Letizia Battaglia, en quelques clichés.Il fallait un certain courage pour témoigner ainsi des crimes commis par la Mafia sicilienne. Letizia Battaglia, au nom prédestiné de combattante, a voulu se servir de la photographie comme d’une arme au service de la justice. Devenue conseillère municipale de Palerme, elle est encore aux premières loges pour montrer ce qu’ailleurs on refuse de voir : la dérive, rarement endiguée, d’une fraction de la population, prisonnière d’une économie parallèle et de ses règles sauvages. Les images de Letizia Battaglia peuvent alors s’avérer plus dures que celles de correspondants de guerre opérant sur des fronts « classiques ». Mais n’est-elle pas le témoin d’un authentique conflit, l’un des plus longs et des plus meurtriers qu’ait connu l’Europe depuis 1945 ?

Letizia Battaglia, Passion, justice, liberté, éd. Actes Sud/Motta, 144 p., 250 F, ISBN 2-7427-2413-3.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°514 du 1 mars 2000, avec le titre suivant : Passion, justice, liberté

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque