Vendredi 14 décembre 2018

Obscénité ou spiritualité ?

Par Olivier Partos · L'ŒIL

Le 17 mars 2017 - 141 mots

TANTRA - Les plaisanteries grivoises ont peu de succès auprès des populations hindo-bouddhiques. La sexualité n’a rien de risible, elle est sacrée.

Dans cet ouvrage, le spécialiste de l’art boud-dhique Éric Chazot et le photographe François Guénet explorent la philosophie du tantrisme. Pour l’hindouisme, tout comme pour le bouddhisme, la théologie sexuelle se médite ou, plus exactement, le dévot médite en faisant l’amour. Une élévation spirituelle qui pourrait paraître obscène d’un point de vue contemporain. L’expert répond : « C’est l’esprit obscurci qui y voit de la laideur […], mais l’obscénité ne réside que dans l’esprit de celui qui la conçoit […]. La sexualité, loin d’être uniquement une pulsion, revêt ici un caractère […] artistique. » Mystique et érotique, le livre constitue un précieux témoignage photographique de pagodes et de temples de Katmandou, dont beaucoup ont disparu à la suite du séisme de 2015.

Éric Chazot et François Guénet, Tantra, théologie de l’amour et de la liberté, Éditions du Rocher, 160 p., 49 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°700 du 1 avril 2017, avec le titre suivant : Obscénité ou spiritualité ?

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque