Napoléon sur le Web

La Fondation Napoléon ouvre un site totalement interactif

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 2 novembre 2009

- Internet
Conçu comme un prolongement interactif de la bibliothèque Martial Lapeyre-Fondation Napoléon, le site Napoléon (www.napoleon.org) offre un service documentaire en ligne dont l’ambition est d’offrir un accès à toutes les ressources sur le sujet. Les principaux acteurs de la sphère napoléonienne – musées, bibliothèques, centres de recherches historiques, associations… – sont référencés ou associés au site, qui dispose des outils de navigation les plus perfectionnés (liens hypertextes et recherches par mots clés) et d’une image graphique particulièrement soignée. Un agenda permet également de rechercher une exposition, une vente, un spectacle, un festival, un colloque ou tout autre événement lié à l’histoire du Premier et du Second Empire.

"L’Amérique de la Dépression, artistes engagés des années 30", l’exposition du Musée-galerie de la Seita, à laquelle le JdA a consacré un Journal des expositions dans son précédent numéro, est accessible sur le site www.seita.fr

Art Web (www.auction-fr.com) est un site bilingue français-anglais exclusivement consacré à la promotion des œuvres et objets d’art disponibles sur le marché des ventes publiques françaises. Présenté sous la forme d’un grand "catalogue illustré", il autorise une sélection par nom d’artiste, par catégorie d’œuvre d’art ou par commissaire-priseur. Des informations sur les professionnels de l’art – galeries, antiquaires, musées, métiers d’art… – sont également disponibles sur le site Artforum (www. cofrase.com/artforum).

Tassinari & Chatel, la plus ancienne manufacture de soieries lyonnaise, a ouvert un site Internet qui comprend notamment plus de huit cents modèles, référencés par époques, par matières et par motifs. Chaque tissu est accompagné d’une description, de son historique et d’une photographie en situation (http://www.tassinari. sycomore.fr).

- Cédéroms
Deux cédéroms accompagnent l’exposition "Angkor et dix siècles d’art khmer" présentée au Grand Palais : Angkor, cité royale (Julien Frydman, Le lab/Infogrames/RMN, Mac/PC, 299 F) et Angkor (Fabrice Cerezales, Comme un voyage/Afaa, Mac/PC, 349 F). Tous deux de très bonne facture, ils associent habilement plaisir de la découverte et contenu scientifique irréprochable, chacun ayant été conçu en collaboration avec d’éminents spécialistes (Claude Jacques et Thierry Zéphir pour le premier, Jacques Dumarçay et Bruno Dagens pour le second).

Acheté 30,8 millions de dollars (160 millions de francs) en 1994 par le patron de Microsoft, Bill Gates, le Codex Leicester a donné naissance à un magnifique cédérom consacré à Léonard de Vinci (Corbis, PC uniquement, 349 F). La sophistication des outils informatiques, la richesse des contenus scientifiques, la qualité des photographies, sans oublier une galerie virtuelle des œuvres de Léonard de Vinci et la traduction intégrale du Codex… tout concourt à faire de ce cédérom une réussite à mettre au crédit de Corbis, l’autre société de Bill Gates. En revanche, la localisation en français du cédérom consacré à la National Gallery of Art de Londres ne s’imposait pas, le titre ayant terriblement vieilli depuis sa parution en 1994 (Microsoft, PC uniquement, 299 F).

Tous les savoirs du monde est une adaptation multimédia réussie de la grande exposition montée par la Bibliothèque nationale de France sur l’histoire du Savoir. Foisonnant et encyclopédique comme il se doit, ce cédérom ne se réduit heureusement pas à une avalanche de manuscrits et d’imprimés. Abon­damment illustré et commenté, il comprend même quelques animations, ainsi qu’une rapide présentation des deux sites de la BNF, Richelieu et Tolbiac (BNF, Mac/PC, 299 F).

Édité chez Vilo Multimédia dans la collection "Les encyclopédies de l’art", L’Impres­sionnisme est effectivement très riche : outre une échelle chronologique qui inclut également un index des hommes de lettres et des musiciens contemporains des impressionnnistes, ce cédérom propose une demi-douzaine de diaporamas, 300 illustrations, 120 tableaux analysés, 150 références bibliographiques et pas moins de 3 heures de commentaire sonore (Charlotte Chastel-Aline Françoise-Renaud Temperini, 290 F).

Le cédérom La Fenice : visite virtuelle d’un opéra à Venise a été lancé le 29 janvier, jour anniversaire de l’incendie qui a détruit le théâtre il y a un an. Les grandes heures de La Fenice, dont les premières de Tancrède et de La Traviata, sont évoquées grâce à plus de 100 animations. S’y ajoutent 150 dossiers documentaires consacrés aux compositeurs, librettistes, interprètes… ainsi que la reconstitution en 3D du théâtre. Les bénéfices de la vente seront reversés à la reconstruction du bâtiment (Index /Opéra national de Paris/Le Monde la musique/Radio classique, Mac/PC, 349 F).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°33 du 1 février 1997, avec le titre suivant : Napoléon sur le Web

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque