Mercredi 12 décembre 2018

Michel Poletti, « Jean-Baptiste Carpeaux. L’homme qui faisait danser les pierres »

Carpeaux nettoyé de la censure

Par Pierre Morio · L'ŒIL

Le 21 février 2013 - 168 mots

BIOGRAPHIE. « Le talent, tu le sais, est une opération lente qui marche avec le progrès de la pensée », écrivait Jean-Baptiste Carpeaux à son ami Foucart.

Décédé à l’âge de 48 ans, l’artiste d’origine valenciennoise a connu une carrière aussi fulgurante que courte. Bien qu’il ait marqué le XIXe siècle avec quelques pièces de bravoure – La Danse, ornant l’Opéra de Charles Garnier à Paris, ou encore Le Triomphe de Flore sur le fronton du Louvre –, sa vie reste encore méconnue. Michel Poletti s’attelle dans cet ouvrage à livrer un portrait des plus justes de l’homme. Érudite et fort bien documentée, cette biographie apporte quelques éclairages bienvenus pour redonner sa pleine dimension à la vie du sculpteur dont les zones d’ombre ont longtemps été entretenues par sa fille et héritière, qui s’était érigée en véritable gardienne de la mémoire familiale, quitte à censurer tout ce qui s’écartait de sa vérité.

Michel Poletti, Jean-Baptiste Carpeaux. L’homme qui faisait danser les pierres, Gourcuff Gradenigo, 192 p., 39 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°655 du 1 mars 2013, avec le titre suivant : Michel Poletti, « Jean-Baptiste Carpeaux. L’homme qui faisait danser les pierres »

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque