Mardi 11 décembre 2018

Masaccio, au firmament

Par Pierre Morio · L'ŒIL

Le 21 novembre 2016 - 166 mots

Renaissance italienne - Mort à 27 ans, Masaccio est l’une de ces étoiles filantes de l’histoire de l’art.

Artiste essentiel de la première Renaissance, actif entre Florence et Pise, il a livré un nombre restreint d’œuvres, marquant pourtant un jalon important dans l’histoire de la peinture occidentale. Ses contemporains admiraient déjà sa maîtrise de la perspective et du relief dans ses modelés, donnant vie avec un certain réalisme à des scènes bibliques. Indissociable de son compagnon et aîné Masolino, il livre avec la chapelle Brancacci, dans la basilique Santa Maria Maggiore à Florence, son manifeste le plus abouti. Alessandro Cecchi fait ici le point sur les dernières découvertes au sujet de ce peintre, faites lors de récentes restaurations. La lecture de cette monographie laisse entrevoir ce que Vasari écrivait avec justesse dans ses Vite : « L’opinion et même la certitude presque générale sont que Masaccio aurait créé des chefs-d’œuvre encore plus importants si la mort […] ne nous l’avait ravi de si bonne heure. »

A lire

Alessandro Cecchi, Masaccio, Imprimerie nationale, 368 p., 140 €

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°696 du 1 décembre 2016, avec le titre suivant : Masaccio, au firmament

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque