Marie-Anne Sire, La France du patrimoine. Les choix de la mémoire

La France des monuments

Le Journal des Arts

Le 1 octobre 1996

Quel patrimoine pour La France du patrimoine ? Les monuments historiques certes, mais quid des musées, de l’archéologie, de l’ethnologie…

Sous ce titre, et avec tous les charmes de la collection "Décou­vertes", ce petit ouvrage apparaît plutôt comme la meilleure des mises à jour du Que Sais-je sur les monuments historiques, paru en 1985 et aujourd’hui dépassé, mais nullement comme l’approfondissement du texte sur le patrimoine que Pierre Nora propose en préface : "De matériel et visible, le patrimoine est devenu invisible et symbolique".

Il explique comment s’est affirmé sous la Révolution le principe de sociabilisation des biens artistiques, retrace l’œuvre de Ludovic Vitet, Prosper Mérimée, Viollet-le-Duc et leurs émules depuis François Guizot jusqu’au vote de la loi du 31 dé­cembre 1913 sur les monuments historiques, rend compte de ce qu’on appelle "l’élargissement du champ patrimonial", autrement dit la protection juridique de catégories de biens jusqu’alors négligés par les services officiels ; il traite enfin de ces problèmes difficiles, en déontologie comme en pratique, que sont  la restauration monumentale, la mise en valeur et la présentation au public.

À ces divers titres donc, ce petit livre constitue la plus séduisante des présentations de l’histoire des monuments historiques. Mais, attention ! C’est ici que le bât blesse : co-édité par la Caisse nationale des monuments historiques et des sites, sous les auspices de la Direction du Patrimoine (qui n’hésite pas, cette année même, à programmer la destruction du comble XVIIIe siècle de Brou au profit d’un projet néo-gothique), ce texte n’exprime d’autre point de vue sur les monuments historiques que celui que l’on connaît depuis Paul Léon, fondateur de ce genre hagiographique. Marie-Anne Sire a néanmoins laissé les charges de l’accusation aux annexes. On y trouve Ruskin (page 121) ; il a tout dit : "Le principe des temps modernes […] consiste d’abord à négliger les édifices, puis à les restaurer".

Marie-Anne Sire, La France du patrimoine. Les choix de la mémoire, Découvertes Gallimard-Caisse nationale des monuments historiques et des sites, 144 p., 82 F.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°29 du 1 octobre 1996, avec le titre suivant : Marie-Anne Sire, <em>La France du patrimoine. Les choix de la mémoire</em>

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque