Mardi 11 décembre 2018

Marché du livre, les expositions tirent les ventes

Le Journal des Arts

Le 15 février 2017 - 462 mots

Le classement annuel des meilleures ventes publié par « Livres Hebdo » confirme l’importance des catalogues d’exposition.

Le classement annuel des meilleures ventes de livres, effectué par le cabinet GHK pour le magazine Livres Hebdo, confirme un tassement des ventes et du marché pour l’année 2016. Le classement, résultat d’une estimation à partir des ventes réelles obtenues auprès de 5 000 points de vente, fait la part belle aux livres de poche et aux grandes signatures.

Dans le top 50 des « Beaux livres », la tendance est à la baisse : en nombre d’exemplaires vendus, on relève – 13,5 % par rapport à 2015, tandis que le chiffre d’affaires (CA) chute de 9,8 %. Mais les autres rayons souffrent aussi d’une forte diminution : le top 50 tous genres confondus est en baisse de 18 % en nombre d’exemplaires vendus, tandis que le CA diminue (– 17,3 %). En 2016, seuls les essais et les poches jeunesse tirent leur épingle du jeu.

La collection Chtchoukine talonnée par Magritte
Comme précédemment, peu de livres ayant trait à l’art sont présents dans la section « Beaux livres ». Si l’on prend en compte deux ouvrages liés au dessin de presse, seuls 9 se hissent dans le top 50, dont 5 catalogues d’exposition.

Avec près de 23 000 exemplaires écoulés, le catalogue de l’exposition « Hergé » au Grand Palais s’impose en tête, prenant la 4e place au classement. Le catalogue a probablement séduit un lectorat plus large que ses visiteurs (320 000 personnes) en attirant les tintinophiles et les amateurs de bande dessinée. Dix rangs plus bas, le catalogue de la collection Chtchoukine, toujours visible à la Fondation Louis Vuitton, s’est pour l’instant vendu à 11 500 exemplaires pour 600 000 visiteurs, au coude à coude avec le catalogue de l’exposition « Magritte » au Centre Pompidou (11 400 exemplaires pour 600 000 visiteurs), 16e du classement. Toujours au Centre Pompidou, « Klee, l’ironie à l’œuvre » réussit une belle performance avec 8 600 exemplaires vendus et 400 000 visiteurs.

La surprise vient du catalogue d’exposition du photographe malien Seydou Keïta, publié par la Réunion des musées nationaux : si l’exposition a attiré seulement 100 000 visiteurs, l’ouvrage, actuellement épuisé, s’est écoulé à 7 500 exemplaires. Seul ouvrage d’art contemporain du top 50, il se situe à la 45e place.

En dehors des expositions, il n’est guère de salut pour les livres d’art. Seul deux historiens de l’art figurent dans les best-sellers. Michel Pastoureau prend la 5e place avec Rouge, son histoire des couleurs bénéficiant d’un succès populaire, tandis qu’Ernst Gombrich, décédé il y a plus d’une quinzaine d’années, fait toujours référence avec son Histoire de l’art, partie à 7 100 exemplaires.
La première place du classement « Beaux livres » est remportée par Le Canard enchaîné : 100 ans. Un siècle d’artistes et de dessins, publié en octobre. Cet ouvrage consacré au centenaire du Palmipède s’est vendu à 84 000 exemplaires, succédant à la trilogie consacrée aux « unes » de Charlie Hebdo en 2015, écoulée à 85 500 exemplaires. L’actualité prédomine donc toujours dans le classement.

Classement complet sur le site www.livreshebdo.fr 

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°473 du 17 février 2017, avec le titre suivant : Marché du livre, les expositions tirent les ventes

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque