Samedi 15 décembre 2018

Films et conférences

Litanies chinoisesau Jeu de paume

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 14 mai 2004 - 396 mots

Fermé depuis le mois de mars, le Jeu de paume rouvrira ses portes le 23 juin avec un nouveau programme consacré à la photographie et autres formes d’images. Pour faire patienter ses visiteurs et donner un avant-goût de ses activités futures, l’institution a élaboré une série de manifestations en liaison avec l’Année de la Chine en France : des films, des rencontres à la librairie avec des auteurs ou des éditeurs et un cycle de conférences en rapport à l’une des expositions d’ouverture, intitulée « Éblouissement » sur les « paradoxes de la lumière ».
Michel Gauthier inaugure cette série de rendez-vous le 17 mai (à 18 h 30), avec « Zoom, Blow-Up et éblouissement ». Le 24 mai (à 18 h 30), ce sera au tour de Jean-Pierre Criqui d’évoquer « Robert Morris et le dessin en temps aveugle » et, le 7 juin, François Piron interviendra sur le thème « Épileptic : dé-règlements de la lumière ».
Le Jeu de paume offre aussi un bel aperçu du cinéma chinois contemporain, avec les travaux d’une dizaine de jeunes réalisateurs actifs depuis le milieu des années 1990. Travaillant de façon autonome, parfois clandestine, dans les villes ou les campagnes, leurs œuvres (souvent tournées en vidéo) traitent des dysfonctionnements qui affectent la société ou la vie privée. Avec une étonnante liberté, ces films bousculent les règles du réalisme. Ainsi de Conjugaison d’Emily Tang, diffusé le 18 mai (à 19 heures), qui décrit le renoncements à leur engagement d’un couple d’étudiants peu après les événements de Tiananmen, d’Uniform de Diao Yi-nan, projeté le 25 mai (à 19 heures) en présence du réalisateur, ou encore d’In Expectation de Zhang Ming, filmé dans la petite ville de Wushan juste avant qu’elle soit engloutie par la construction d’un immense barrage. Autres films à l’honneur : Drifters de Wang Xiao-shuai (le 8 juin, à 18 h 30), sur les errances d’un homme à Shangaï après son expulsion des États-Unis, Chicken Poets (le 14 juin à 18 heures), une fable délirante et caustique sur l’ambition, le succès et ses conséquences, et The Only Sons de Gan Xiao’er (le 15 juin à 19 heures), une confrontation tragique entre le monde paysan et la bourgeoisie urbaine.

Série de conférences, rencontres et projections de films, du 17 mai au 15 juin, Jeu de paume, 1, place de la Concorde, 75008 Paris, tél. 01 47 03 12 50.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°193 du 14 mai 2004, avec le titre suivant : Litanies chinoisesau Jeu de paume

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque