Samedi 24 février 2018

L’impressionnisme et Poussin en vedette dans les beaux-livres

Le Journal des Arts

Le 30 juin 2010

Les grandes expositions prévues en 1994 – « Origines de l’impressionnisme » et « Nicolas Poussin » – stimulent les éditeurs d’art, toujours soucieux de coller à l’actualité.

Ainsi, le grand peintre français du XVIIe, auquel sera consacrée une rétrospective dans les Galeries nationales du Grand Palais, inspire, chez Flammarion, un Poussin de Jacques Thuillier, professeur au Collège de France, dans la collection "Tout l’œuvre peint" (avril). Chez Gallimard, la Peinture en France au XVIIe siècle d’Alain Mérot (septembre) inaugure une nouvelle collection, "Histoire de la peinture française". La Réunion des musées nationaux prévoit, au mois de septembre, trois catalogues pour accompagner les expositions prévues à Paris, Bayonne et Chantilly : Nicolas Poussin 1594-1665, sous la direction de Pierre Rosenberg et Louis-Antoine Prat, les Poussin de Bayonne, et les Poussin de Chantilly.

Deuxième thème récurrent, l’impressionnisme. Outre le catalogue réalisé par la RMN, l’exposition "l’Impressionnisme, les origines", prévue au Grand Palais au mois d’avril, suscite l’Estampe impressionniste de Michel Melot (Flammarion), Barbizon. Les origines de l’impressionnisme d’André Parinaud, une synthèse illustrée sur cette école (Adam Biro). Sont également annoncés : l’Impressionnisme sous la direction de Maurice et Arlette Sérullaz (Somogy), l’Aube de l’impressionnisme de Jean-Jacques Lévêque (ACR Édition), Londres impressionniste d’Éric Shanes (Abbeville) et Renoir. À la table d’un impressionniste, une évocation de l’atmosphère et de l’époque, accompagnée des recettes du peintre (Le Chêne).

Un livre-catalogue (coédition RMN-Gallimard) sur le sculpteur animalier François Pompon sortira au mois de mai, en parallèle à l’exposition de Dijon, qui tournera ensuite au Musée d’Orsay, à Rodez et à Roubaix.

Les éditeurs mettent cependant leurs espoirs dans d’autres livres moins liés à l’actualité. Ainsi, Flammarion prévoit l’Art roman en France d’Éliane Vergnolle (avril), le deuxième tome de l’Art français d’André Chastel (octobre), une Histoire monumentale des jeux de société et un Bruxelles, fin de siècle, à l’instar du Vienne, fin de siècle qui avait connu un grand succès.

Gallimard mise beaucoup sur le Sexe et l’effroi (avril) de Pascal Quignard, un ouvrage qui associera un sujet rare – la peinture érotique romaine –, à une esthétique raffinée, texte blanc sur fond noir. À la rentrée, Gallimard programme également l’Art des steppes de Véronique Schiltz (collection "l’Univers des formes"), un Rodin, par l’Américaine Ruth Butler, et Benozzo Gozzoli. La Chapelle des mages, dans la série de la Chapelle Brancacci.

Citadelles & Mazenod prévoit pour le mois d’avril une remise à jour de l’Art de l’Égypte de Kazimierz Michalowski, Palladio, de Venise à la Vénétie de Bruce Boucher, une somme sur l’Art de l’Asie du Sud-Est (fin octobre), et XIXe siècle et Art nouveau, sous la direction d’Alain Gruber.

Du 1er mai au 30 juin, 21 éditeurs s’unissent dans le 6e "Mai du livre d’art", pour offrir à prix avantageux leurs nouveautés et créer une deuxième saison en faisant sortir les beaux-livres de l’image traditionnelle du cadeau de fin d’année.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°1 du 1 mars 1994, avec le titre suivant : L’impressionnisme et Poussin en vedette dans les beaux-livres

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque