Samedi 16 novembre 2019

Livre

Les très riches heures de Brigette Barrager

Par Gérald Guerlais · L'ŒIL

Le 22 novembre 2017 - 385 mots

Jeunesse - Lorsqu’on naît à Santa Barbara, que l’on obtient facilement son diplôme au California Institute of the Arts, que l’on y devient professeure, qu’on se lève chaque matin quasiment en face du légendaire « Hollywood Sign », déterminisme social oblige, on échappe rarement à une carrière au service de la production animée produite localement, et déversée mondialement. À moins de s’appeler Brigette Barrager.

Refusant de céder aux chimères hollywoodiennes, mue par une nature solitaire, centrée sur son univers créatif dont elle est souveraine, la jeune artiste trouve dans l’illustration éditoriale le lieu d’épanouissement le plus adapté à son tempérament. Exit les écrans, ce sera donc le livre. L’éditeur Atheneum a été bien inspiré de lui proposer d’illustrer la vie de la coloriste légendaire Mary Blair (1911-1978) dans l’album Pocket Full of Colors. Défi délicat pour un artiste que de rendre hommage à un tel mentor. Car, si sans Ésope et Phèdre, pas de La Fontaine : si, sans Térence et Plaute, pas de Molière, sans Mary Blair, l’esthétique dominante de l’illustration jeunesse actuelle n’aurait certainement pas les mêmes couleurs.

Barrager, sans jamais céder au mimétisme ni à l’emprunt éhonté, assume l’héritage. Et le magnifie avec une pointe de rétro. Elle jongle aisément avec ce poids et offre même un style réactualisé et vivifiant de confluences. Domptant une ligne franche qui disparaît au profit de la forme, Barrager crée des silhouettes aussi lisibles que celles des miniatures persanes et les déploie dans un environnement digne du courant esthétique Streamline des années 1930.

Un mariage détonant qui homogénéise ainsi subtilement des motifs floraux tantôt identifiables, tantôt géométriques et abstraits. Dans une ligne dansante qui prend soin d’évacuer les tangentes disgracieuses, des objets manufacturés frayent avec des éléments naturels à la limite du symbole, insufflant dès lors une proportion équilibrée d’onirisme et de modernisme qui servent impeccablement la narration rythmée. Le tour de force le plus frappant demeure la palette colorée. Distillée par couches superposées d’aplats qui cohabitent avec émulation. Une gamme riche, vive, foisonnante et lumineuse comme celle des fresquistes mexicains.

Le style de Barrager s’harmonise également avec les classiques de Frances Eliza Hodgson comme avec les contemporains : Amy Krouse Rosenthal. Un talent générateur d’images généreuses qui garantit le merveilleux sans tomber dans le mièvre. Voire, initie les plus jeunes à la couleur par induction.

 

Brigette Barrager,
Pocket Full of Colors,
Atheneum Books, 48 p., 15,89 €.
Brigette Barrager,
The Secret Garden,
Golden Books, 24 p., 4,40 €.

 

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°707 du 1 décembre 2017, avec le titre suivant : Les très riches heures de Brigette Barrager

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque