Samedi 24 février 2018

Les rois jardiniers

Recueils d’époque sur Marly et le Petit Trianon

Le Journal des Arts

Le 4 décembre 2008

À un siècle d’écart, Marly et le Petit Trianon de Marie-Antoinette présentent quelques points communs : luxueux ermitages royaux ou résidences de villégiature, ils ont fait l’objet de l’attention soutenue d’un roi ou d’une reine désireux de créer un site enchanteur répondant entièrement à leur goût. Tous deux ont également été immortalisés dans des recueils illustrés dont les planches viennent d’être éditées.

Entre 1695 et 1714, Louis XIV fait exécuter des relevés de Marly, royaume des eaux, de l’art topiaire et de la sculpture. Ces planches inédites, aux auteurs inconnus, se distinguent moins pour leur qualité artistique que leur intérêt documentaire, renforcé ici par des notes scientifiques, des légendes abondantes et une courte introduction sur la botanique.

Témoignages précis et précieux sur le pavillon, le parc et ses aménagements, démantelés ou détruits au cours du XVIIIe siècle, les 92 aquarelles des jardins de Marly reflètent en outre l’esthétique du Grand Siècle, avec une alternance de vues de dessus et de plans cavaliers proposant une sorte de point de vue idéal et purement théorique sur les perspectives du domaine. Enfin, les pages d’introduction de Gérard Mabille éclairent un aspect méconnu de la personnalité du Roi-Soleil, féru de jardinage et amoureux des carpes.

Le recueil de trente aquarelles et plans du Petit Trianon, commandé en 1786 par Marie-Antoinette, montre clairement l’évolution du goût en l’espace d’un siècle. Dans son texte de présentation, le directeur général du Musée national du château de Versailles et des Trianons, Pierre Arizzoli-Clémentel, souligne notamment la double influence du théâtre sur l’art de vivre à la cour et la représentation de cet art de vivre. Ainsi, les illustrations de Claude-Louis Châtelet, paysagiste et peintre de genre, s’attachent à mettre en scène des personnages pittoresques dans le décor “naturel” d’un jardin anglo-chinois, tandis que les coupes de la salle de spectacle par Richard Mique, Premier architecte, soulignent le luxe d’une décoration ponctuée de sculptures en carton pâte relevé d’or et de faux marbres.

Vues des jardins de Marly, éditions Alain de Gourcuff, introduction de Gérard Mabille, 240 p., 92 planches coul., 395 F, ISBN 2-909838-27-7.

Vues et plans du Petit Trianon à Versailles, éditions Alain de Gourcuff, texte de Pierre Arrizoli-Clémentel, 112 p., 30 planches coul., 445 F, ISBN 2-909838-29-3.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°63 du 19 juin 1998, avec le titre suivant : Les rois jardiniers

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque