Les femmes, les livres... et plus si affinités

L'ŒIL

Le 1 mai 2006

Ce livre au titre provocateur est un plaisir. Plaisir de lire, d’ailleurs souvent reproché aux femmes à une autre époque. La thématique est originale et non moins intéressante. Existe-t-il une manière de lire qui n’appartiendrait qu’aux femmes ?
La peinture est un beau témoignage de la perception de ces femmes qui, à travers les livres, ont trouvé un exutoire aux duretés d’une société masculine. Souvent représentée nue, la femme
lisant renvoie au peintre une image érotique. Dangereuses ? Tentatrices ? Victimes de leur passion ? La réponse est à chercher au fil des pages au travers des œuvres de Simone Martini, Michel-Ange, Rembrandt, Boucher, Vuillard…

Laure Adler et Stefan Bollmann, Les Femmes qui lisent sont dangereuses, Flammarion, 2006, 149 p., 29 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°580 du 1 mai 2006, avec le titre suivant : Les femmes, les livres... et plus si affinités

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque