Dimanche 25 octobre 2020

Rencontres

Les 3es Journées de l’archéologie

Par Thomas Bizien · Le Journal des Arts

Le 6 juin 2012 - 350 mots

Avec l’aide de l’Institut national de recherches archéologies préventives, le ministère de la Culture organise les 3es Journées nationales de l’archéologie.

De quoi répondre à l’engouement d’un public toujours plus nombreux à s’intéresser à la quête des traces matérielles des civilisations passées. Du vendredi 22 au dimanche 24 juin, 800 initiatives se proposent ainsi de venir rassasier l’appétit des amateurs de fouilles, de préhistoire et de veilles pierres. Sur plus de 400 sites répartis sur l’ensemble du territoire, des archéologues et chercheurs évoquent leurs travaux et l’état actuel de la connaissance dans ce domaine. Portes ouvertes de chantiers, conférences, ateliers ou démonstrations de techniques anciennes permettent de venir rencontrer l’archéologie. Des visites spécifiques sont également organisées dans certains musées, dont l’accrochage des collections a été revu pour l’occasion, comme aux musées de la préhistoire de Carnac (Morbihan) ou de Nemours (Seine-et-Marne).

En prélude aux festivités, à Paris, le Louvre anime dès le 20 juin une table ronde dans le contexte de son exposition « Arles, les fouilles du Rhône. Un fleuve pour mémoire » (lire p. 10). À cette occasion, des archéologues discutent des différentes questions soulevées par la récente découverte d’un buste dans le lit du Rhône, depuis attribué à César. Le Musée de Cluny, s’apprête lui, dès le 22 juin, à laisser ouverts les sous-sols des thermes gallo-romains. L’occasion de venir observer de près les enduits du frigidarium antique, et de constater l’ingéniosité déployée dans la construction de la voûte, aujourd’hui en voie d’être restaurée.

Au Muséum d’histoire naturelle du Jardin des plantes, des ateliers d’observation et de manipulation de restes d’animaux et de végétaux sont proposés le même jour aux enfants. Dans le grand amphithéâtre, les adultes sont eux invités à une table ronde sur le mythe de « Cro-Magnon ». Iconographie à l’appui, des archéologues reviennent sur la manière dont l’homme a représenté son lointain aïeul à travers les siècles, l’imaginant au XIXe siècle tel un sauvage sanguinaire, tandis que la représentation contemporaine en fait un homme distingué dans le drapé de sa fourrure.

JOURNÉES DE L’ARCHEOLOGIE

Du 22 au 24 juin, lieux divers, infos sur journees-archeologie.inrap.fr

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°371 du 8 juin 2012, avec le titre suivant : Les 3es Journées de l’archéologie

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque