Vendredi 20 juillet 2018

Peinture

Le Seicento vu du Louvre

Le Journal des Arts

Le 27 juillet 2007 - 447 mots

Stéphane Loire signe le deuxième tome du catalogue raisonné des collections de peintures italiennes du XVIIe siècle de l’institution.

Hors l’Italie, le Musée du Louvre possède sans aucun doute l’une des plus belles collections de peintures italiennes du Seicento, soit un ensemble de près de trois cents œuvres. Après un premier opus paru en 1996 et consacré à l’École de Bologne, Stéphane Loire, conservateur en chef au département des Peintures du musée, signe la deuxième et dernière partie du catalogue raisonné des collections italiennes du XVIIe siècle. L’ouvrage est dévolu à tous les autres foyers artistiques présents au Louvre, à savoir Florence, Gênes, Naples, Rome, Venise et la Lombardie. Les limites chronologiques sont les mêmes que pour l’étude sur Bologne : les artistes retenus sont nés entre 1555 et 1654. Parmi les nombreux chefs-d’œuvre recensés, citons L’Adoration des bergers de Castiglione, L’Alliance de Jacob et de Laban de Pierre de Cortone, la Bataille héroïque de Salvador Rosa, La Félicité publique triomphant des dangers de Gentileschi ou encore Le Couronnement de la Vierge avec saint Augustin et saint Guillaume d’Aquitaine de Giovanni Lanfranco, sans oublier La Mort de la Vierge du Caravage, fleuron de cet ensemble. Au total, le conservateur permet de découvrir cent quatre-vingt-deux tableaux, précisant pour chacun d’entre eux, son origine, la place qu’il occupe dans l’œuvre de son auteur, son iconographie, son état de conservation et les modifications subies au cours des différentes restaurations, ses éventuelles sources figuratives et dessins préparatoires connus, ainsi qu’une bibliographie parfois très conséquente. « L’un des objectifs de ce catalogue raisonné est de restituer de la manière la plus complète la fortune critique de chacun des tableaux étudiés », précise Stéphane Loire. L’ensemble est abondamment illustré, ce qui offre une lecture relativement aérée. Les décors que Giovanni Francesco Romanelli réalisa dans quatre salles du palais du Louvre (abritant actuellement les collections du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines) sont également analysés. Des notices plus synthétiques présentent, en outre, quelque deux cent trois autres œuvres déposées dans divers musées de France, dont la propriété de celles remises avant 1910 devrait prochainement être transférée aux collectivités conformément à la loi musées du 4 janvier 2002. Rédigée entre 2000 et 2005, cette somme considérable offre aux lecteurs une étude quasi exhaustive d’un fonds exceptionnel. Celui-ci est, en grande partie, visible dans les salles du circuit de l’école italienne, entièrement réorganisé en 1999. Désormais, Stéphane Loire travaille, quant à lui, au catalogue raisonné des peintures italiennes du XVIIIe siècle…

Stéphane Loire, Peintures italiennes du XVIIe siècle du Musée du Louvre – Florence, Gènes, Lombardie, Naples, Rome et Venise

Editions Gallimard/ Musée du Louvre, Paris, 2006, 584 p., 69,90 euros, ISBN 2-35031-034-5 (Louvre) / 2-07-011828-2 (Gallimard).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°256 du 30 mars 2007, avec le titre suivant : Le Seicento vu du Louvre

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque